AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

  Love Lust Faith [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Love Lust Faith [Clos]   Sam 4 Mai - 21:56




LOVE LUST FAITH




Bruit de bulles de chewing-gum qui claquent. Plus que quelques marches et je suis chez lui. Je sais où ils rangent les clés de son appart pas la peine de sonner. J'espère juste pas croiser sa colloc. Je pousse sa porte. Ajouter effraction à mon lourd cassier à l'air de m'amuser. J'ai cet immense sourire visé à ma mâchoire. Les cours ont été si barbant. J'ai besoin de me défouler. Je shoote dans un carton à pizza en rentrant. C'est du Alex tout craché. En même temps, la première fois que je suis venu chez lui, on l'a fait à même le sol. J'avais le pied de la petite table dans le dos et la tête dans le tapis. Il y avait plus glorieux, je sais. En même temps, cela résumait assez bien ma relation avec l'étudiant. C'était de la baise. Il avait pas d'autres mots. Il m'avait rempli. Je l'avais vidé. Les vases communicants, brother' !

Et, Faust dans tout ça, vous allez me dire ? Et, bah quoi ? Il n'en avait rien à battre de ma gueule. J'allais pas attendre le déluge pour son jolie petit cul. Ouais, j'étais énervé. Et, c'est pour cela que j'étais là. Il parait qu'il n'avait pas mieux que le " angry sex " pour s'envoyer en l'air. J'avais besoin de l'oublier un peu. J'en avais marre de penser à lui vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jour sur sept. Nouvelle bulle de chewing-gum qui éclate. Je cherche du regard le propriétaire de la queue que je veux me faire. J’aperçois quelques preuves de sa présence. Un cendrier - ou plutôt une canette de bière - remplie de mégots de cigarettes. Un vieux caleçon sale sur le canapé. En m'approchant, je peux voir qu'il a dû s'essuyer de sa dernière baise avec. Choqué ? Non, je me marre ! Alex et l'hygiène cela fait six. Et, je suis pas là pour lui faire la morale ou pour jouer sa mère.

Ne le voyant toujours pas et pas vraiment patient je lance : « Bon, je sais que tu m'avais dit de ne jamais passé à l'improviste. Mais, je dois dire que je suis en feu. » Je n'attends même plus de voir sa barbe de plusieurs jours. J'enlève ma première chaussure que je balance à travers le salon. Je fais de même avec la chaussette et je m'attèle à l'autre côté. « Je suis tellement chaud que je te demanderais pas de te laver avant cette fois.. Et...Je te laisserais me faire ce que j'ai pas voulu la dernière fois. » Le ton de ma voix est débauché. Je m'en mords les lèvres. Je sais qu'il aime son intimité et qu'il risque de me foutre dehors. Peut-être que si j'arrive à enlever mon pantalon je finirais pas sur le pallier ?



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.



Dernière édition par Rhian Thomson le Sam 11 Mai - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Dim 5 Mai - 0:22

éternelle clope aux lèvres j’erre comme une âme en peine dans mon propre appart. c’est dégueulasse, c’est la merde. des capotes trainent, des calbuts tapissent le sol, sans parler des cadavres de bouteilles et les traces de baise sur le canapé, la table, les différents lits. je plains Sorcha. je suppose que j’ai eu de la chance de tomber sur une fille qui se fout bien que je baise ou pisse dans son pieu. journée de merde. je lance un énième regard à la pile de paperasse sur mon bureau et pousse un long soupir. j’entrave que dalle à se dossier de merde. ras le cul de tout ça. j’en ai assez de ses soirées, de rester chez moi à enculer des mouches, de ces meufs qui ont des paillettes dans les yeux dès qu’elles posent leurs regards sur un mec potable aux abdos bien dessiner, de tous ses soirs avec des pseudos potes avec qui on parle des filles qu’on aimerait bien attraper, parce que comme tous les soirs on va essayer de niquer. et pour la plupart, on y parviendra parce qu’on a une belle gueule, une queue entre les jambes et une réputation qui nous suit depuis le lycée. l’amour, le coup de foudre, c’est des trucs pour faire carburer les connasses. c’est comme les licornes, les fées et les leprechaun. un mythe. je me regarde dans un miroir et je ne vois qu’un pauvre con en calbut que je ne reconnais même pas. regardez moi ce pauvre riche gâté, pourri jusqu’à la moelle. quel gâchis. la médiocrité est partout et j’aimerais qu’elle aille se faire foutre au pakistan. je ne suis que le reflet d’une société décadente. pur produit d’une génération qui en veut toujours plus et qui, au fond, en a toujours moins. parce qu’on apprécie plus rien. et au final, j’me dis que l’apitoiement, ça craint réellement.

puis la porte s’ouvre et comme par magie, j’entends une voix. il m’faut un moment pour mettre un visage puis un nom dessus. Rhian. la merde. dégage putain. dégage. je sais même pas comment il est rentré le môme. il parle, il parle et je réponds pas dans l’espoir qu’il se tire tout seul. de toute évidence, il pige pas. j’entends des objets non identifiés heurter le mur et je me demande s’il est sur le point de casser la baraque. il me dit qu’il est chaud et en temps normal, ça serait suffisant pour que je lui saute dessus et que je l’encule sur le champs. mais non. alors je débarque dans le salon, clope toujours au lèvre, habillé que d’un calbut et salement énervé. le lycéen est là, au milieu de mon salon, se battant avec ses chaussures. c’est presque attendrissant. généralement, sa présence me fait un effet dément, c’est presque bandant. mais aujourd’hui, je veux être seul. « pas aujourd’hui. repasse me tailler une pipe demain. » enfin, je me doute bien qu’il va pas se barrer la queue entre les jambes dans les jupons de sa génitrice. c’est pas son genre et il s’est de toute évidence habitué à mes manières de rustre et mon ton cassant. voilà pourquoi il faut jamais niquer quelqu’un plus d’une fois. mais faut croire que ce môme a un truc magic entre les cuisses, parce que je le tolère. Rhian... voilà enfin quelqu’un qui sait utiliser sa bouche. « les grandes personnes doivent travailler aujourd’hui, retourne boire le lait d’ta mère. et si t’es si en manque que ça, vas te masturber devant un porno et fout toi un gode dans le cul. » je lui tapote le haut du crâne pour ponctuer ma dernière phrase, me trouvant carrément trop gentil avec l’autre petite bite. puis revient la question essentielle qui aurait certainement été la première à franchir les lèvres d’un type normalement constitué « et putain de merde, comment t’es rentré ? » j’lui chope le bras, commençant à le tirer direction la sortie, me foutant bien qu’il finisse sans chaussures et une seule chaussette aux pieds dans la rue. j’lui laisse réellement trop de liberté à ce gosse. « la moindre des choses c’est d’envoyer un sms. ou de se ramener déjà à poil, comme ça t’es certain que je vais te niquer. » j’pose mes yeux sur sa tête d’ange alors qu’il se mordille doucement sa bouche de suceuse. mon dieu qu’il est jouissif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Dim 5 Mai - 13:02

Le maître des lieux me fait enfin l'honneur de sa présence. Ou, je devrais dire plutôt l'ours des lieux, vu son caractère renfrogné. Je vois à cette moue visée à ces lèvres qu'il ne souhaite plus qu'une chose, que je dégage. Je dois dire que cela à quelque chose d'excitant et d'amusant. Je suis un gamin chieur et qui casse les couilles. Cela Alex le sait. On a chacun notre caractère bien trempé. Je devais être qu'un lycéen chaud du cul de plus pour lui. Et, pour moi, il n'était qu'un mec bien monté sur lequel j'aimais faire passer quelques crispations anales. Car, je vous jure, sincèrement il n'y a pas de meilleur laxatif que de ce prendre une bonne bite. Spéciale dédicace à toutes ces coincées du cul qui savent pas péter droit.

Mais, revenons à Alex, ou plutôt sa phrase qui me coupe dans mon élan. « pas aujourd’hui. repasse me tailler une pipe demain. » Moi, qui enlevait ma deuxième chaussure, j'ai failli perdre l'équilibre et tomber en avant. Cependant, il sait que je vais pas lâcher l'affaire. « Je peux aussi te tailler une pipe aujourd'hui et revenir demain. » Je lève la tête vers sa main qui s'approche. Comme un jeune chien fou je montre les dents. Je fais semblant de le menacer de lui mordre les doigts car j'aime pas sa condescendance. « Les grandes personnes doivent travailler aujourd’hui, retourne boire le lait d’ta mère. et si t’es si en manque que ça, vas te masturber devant un porno et fout toi un gode dans le cul. » Cette façon de me traiter comme un gamin quand celui lui chantait. Car, monsieur était bien content de tomber sur ma bouche de gamin quand il était horny du gland. « Je te remercie de t'inquiéter mais mon taux en lactose se porte très bien. C'est plus mon taux en protéine qui est en chute libre si tu vois ce que je veux dire. » En tout cas, s'il n'a pas compris, ma main est là pour lui rappeler mon bon souvenir. Cette petite garce se glisse à l'intérieur de son caleçon avant de prendre peur en l'attendant crier : « et putain de merde, comment t’es rentré ? » Mais, j'ai pas le temps de lui répondre que me voilà embarqué, sur une jambe, ma chaussette à la main. C'est qu'il veut me mettre dehors, l'enfoiré !

Nous voilà sur son palier, je me mouille les lèvres et lui offre ce petit regard de vicieuse qu'il serait dommage de mettre dehors. « la moindre des choses c’est d’envoyer un sms. ou de se ramener déjà à poil, comme ça t’es certain que je vais te niquer. » Quand, il lâche mon bras. Je me faufile aussitôt à nouveau l'intérieur. Je me fais plus glissant qu'une anguille. Je lui tire la langue tout en clopinant sur une jambe jusqu'au salon. Je tombe dans son canapé. Il va devoir me porter maintenant s'il veut me foutre dehors. « Je note. Je note. Mais, cela va être difficile, je viens directement du lycée. J'ai pas de problème perso à me balader la saucisse à l'air mais le proviseur va pas être super content. » Je m'agite dans son canapé. Je sens quelque chose de poisseux coller entre mes omoplates. A ce moment, je panique, cela peut être tout; du stérilet usagé à la part de pizza en décomposition mode mutant des égouts. Je souris en décollant une vieille capote. Peut-être la sienne ? Je lui balance contre le torse. Elle était pleine et pas nouée. Dommage, pour sa gueule ! On m'avait appris à pas jouer avec la nourriture. Mais, on m'avait rien dit pour le foutre. « Attention ! Attaque éjac facial ! » J'explose de rire. Bizarrement, j'ai arrêté de me déshabiller. « Sinon, tu disais que tu bossais. Tu fais quoi ? Tu fais un monument avec tes rognures d'ongles ? »

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mar 7 Mai - 10:29

« Je peux aussi te tailler une pipe aujourd'hui et revenir demain. » Pas faux. Dommage pour sa gueule d’ange, je suis pas d’humeur aujourd’hui. Rhian tire-toi putain. Ma frustration est tant palpable qu’on pourrait la niquer. Sale gosse. Alors que j’vais pour lui tapoter le haut du crâne, il manque de me bouffer les doigts, en mode clébart enragé. J’vois bien qu’il est vexé que j’le traite comme un môme, mais bien loin de moi l’envie de lui faire plaisir aujourd’hui. « Je te remercie de t'inquiéter mais mon taux en lactose se porte très bien. C'est plus mon taux en protéine qui est en chute libre si tu vois ce que je veux dire. » Sa main se glisse dans mon froc, comme si j’étais qu’un autre mal baisé en manque de bite et que j’allais le sauter pour si peu. « C’est pas que ton taux en protéine m’intéresse que très peu, mais j’aimerais bien que toi et ta queue vous vous tiriez de chez moi. » J’le traine jusqu’au palier, ignorant ses rares protestations et ce regard de salope qui est la raison pour laquelle je l’ai ramené ici la première fois. Erreur fatale. Parce que j’ai beau aimé le remplir dans toutes les pièces de mon appart’, il est la source de toutes mes emmerdes. Peut-être que je devrais lui donner un coup de bite en fin de compte, ça me détendra et ça calmera sa libido, mais c’est pas encore un môme de 17 balais qui va me tenir par les couilles et m’dire qui, quand et où je baise. Tandis que je vais pour refermer la porte, il passe sous mon bras, sautillant jusqu’au canapé où il se laisse tomber. Tant pis, il finira bien par se tirer par lui-même quand il en aura marre. Soupir. Cigarette coincée entre mes lèvres, j’appuie sur la molette de mon briquet et approche la flamme vacillante de la sucette à cancer qui s’allume dans un crépitement. « Je note. Je note. Mais, cela va être difficile, je viens directement du lycée. J'ai pas de problème perso à me balader la saucisse à l'air mais le proviseur va pas être super content. » J’me marre doucement. « Au pire, tu peux toujours tenter de sucer la bite du proviseur. Je suis certain que tes notes augmenteraient considérablement. C’pas comme si tu te foutais pas déjà à genoux pour quasiment tous les mecs par ici. » Ouais, c’gosse à une putain de réputation de suceuse. Au pire j’m’en fous, ça ne me regarde pas ce qu’il fait de sa bouche, tant qu’il consent à me tailler des pipes. Sur le canapé, je vois le gosse gigoté avant de brandir presque fièrement la capote que j’avais cherché hier soir. Putain elle était là. Quoi ? C’est réutilisable ces merdes. Suffit de passer un coup d’eau et le tour est joué. « Attention ! Attaque éjac facial ! » Capote collée à mon torse, du foutre plein la gueule et les abdos, j’retire le sac à sperme et lui renvoie dans la gueule avant de croiser les bras. « Vas chier p’tit con. Tu peux v’nir lécher maintenant. » J’le gratifie d’un sourire avant de poser mon cul sur le canapé à mon tour. Va réellement falloir que j’aille me doucher maintenant. « Sinon, tu disais que tu bossais. Tu fais quoi ? Tu fais un monument avec tes rognures d'ongles ? » Et en plus il veut faire la conversation. Au moins, il a arrêté de se déshabiller, c’est déjà ça. Je passe une main dans ma chevelure et tire une énième latte. « Tu veux une clope ? Rien d’intéressant. Le dossier que j’ai à rendre pour la fac depuis déjà deux semaines. » Enième soupir. J’me penche lentement vers lui, un sourire mauvais aux lèvres. Bientôt à quatre pattes au-dessus du môme, mes doigts passent lentement sur son torse, descendent direction sa queue, avant de remonter pour se glisser dans sa poche d’où je sors son portable. « Bon, petite bite. Vu que tu lèches pas ça, j’vais me doucher. T’as donc cinq minutes pour sortir de chez moi avant que j’appelle ton contact favori qui est en l’occurrence… Faust pour choper son adresse, foutre un peu de GHB dans son verre et le prendre dans tous les recoins de sa baraque. » Ouais, on sait tous les deux que c’pas un coup du hasard que je sois tombé sur Faust. J’tire la langue à Rhian et lui tire doucement la joue étant donné que je sais pertinemment qu’il déteste quand je le traite comme le sale gosse qu’il est.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mar 7 Mai - 14:41

Spoiler:
 

« C’est pas que ton taux en protéine m’intéresse que très peu, mais j’aimerais bien que toi et ta queue vous vous tiriez de chez moi. » Je lui balance ce petit sourire en coin de petit démon tout en sortant ma main de son froc pour m'en lécher les doigts. C'est clair qu'une bonne douche lui ferrait du bien, mais je n'en semble pas traumatiser pour autant alors qu'il me traine de force jusqu'à son palier. « Cela veut dire que mon cul peut rester ? Allez, tu l'as dit toi même, ta bite et mon cul s'emboîtent à merveille. Et, ils doivent pas être beaucoup à pouvoir encaissez comme moi, avoue ? » Problème d'égo alors que je le fixe droit dans les yeux ? Négatif ! Je ne fais que dire la stricte vérité. Quand nous faisons l'amour comme nous sommes deux dieux du sexe descendus du ciel. Je n'ai pas de limite. J'ai beau avoir que 17 piges. J'ai l'âme perverse d'un quadra. Et, je sais qu'il aime cela, même s'il préférait se couper une couille plutôt que de me l'avouer. Je le vois à sa manière d'allumer sa clope et de tirer sur sa fraise incandescente alors que je suis de retour dans son salon, avachi dans son canapé. « Au pire, tu peux toujours tenter de sucer la bite du proviseur. Je suis certain que tes notes augmenteraient considérablement. C’pas comme si tu te foutais pas déjà à genoux pour quasiment tous les mecs par ici. » Il pense me vexer ou me toucher avec ce genre de réflexion ? Lui, qui pourrait enculer un âne mort. Je pouffe de rire tout en m'étirant. « Bah, écoute, il faut bien vidanger tous ces frustrés. Avec toutes ces petits putes blondes en mini-jupe qui adorent allumer les mèches, mais qui refusent qu'on vienne leurs titiller l'abricot. Moi, j'apporte que de plaisir. Je te jure. Je devrais presque être remboursé par la sécu. » Je lui balance cela sans vraiment y croire, surtout pour le faire rire car j'adore nos conversations complétement décomplexées. Jeux de mains. Jeux de vilains. Quand il me renvoie la capote. J'en prends plein la gueule. Un oeil fermé et les lèvres scellés. J'explose à nouveau de rire. « Vas chier p’tit con. Tu peux v’nir lécher maintenant. » Je lui offre mon majeur comme seule réponse le temps de remonter mon tee-shirt et de m'essuyer le visage avec. « Dans tes rêves, enfoiré ! » C'est un enfoiré plutôt sympa que je lui balance. Mais, cela m'avance pas trop car c'est moi maintenant qui va avoir droit à une douche. « Tu veux une clope ? Rien d’intéressant. Le dossier que j’ai à rendre pour la fac depuis déjà deux semaines. » Je souris et je préfère clairement la clope qu'il a au bec. Je lui subtilise et j'en tire une bonne taffe sans rien ajouter d'autre. Je lui rends avec ce grand sourire de gamin insupportable. « Tu veux de l'aide pour ton dossier. Je suis plutôt doué pour les dossiers. Cela parle de quoi ? » Je frémis et mon oeil s'éclaire quand il touche mon torse. Est-ce qu'il a changé d'avis ? Je vais vite comprendre que non quand il me pique mon portable. Le jeune fauve que je suis se met à grogner. « Bon, petite bite. Vu que tu lèches pas ça, j’vais me doucher. T’as donc cinq minutes pour sortir de chez moi avant que j’appelle ton contact favori qui est en l’occurrence… Faust pour choper son adresse, foutre un peu de GHB dans son verre et le prendre dans tous les recoins de sa baraque. » Mon regard a changé.Il vient de faire deux erreurs : encore me traiter comme un gamin et me parler de Faust. Je me lève et contre toute attente je quitte son salon. Non, je me dirige pas vers la sortie mais plutôt sa salle de bain. Je commence à me mettre à poil en balançant mes fringues avec rage à travers la pièce. « Pourquoi, tu me parles de Faust ? Je m'en bats les couilles de lui. C'est qu'un mec que j'essaye de tourner du côté obscure de la pine. Donc, tu peux aller chez lui et lui mettre tout les coups de queues que tu veux. » Une fois entiérement nu. Je l'attends. Après tout, c'est lui qui a parlé de prendre une douche. « Mais, si tu veux jouer au menace, Alex. Pas de problème. J'en ai une bonne pour toi. Tu as cinq minutes pour me rendre mon portable, ramener ta grosse et épaisse queue par ici et venir me tringler dans ta douche...Sinon, comment dire...tu sais ce qu'on fait en prison au détournement de mineur ? » C'est glauque et sale, I know. Mais, c'est pas ma raison qui parle. C'est cette putain de colère qui me ronge le ventre. C'est colère car je ne pense qu'à lui...24 sur 24...7 jours sur 7....secondes par secondes...Ce putain d'enculé de Faust Fergusson...

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mar 7 Mai - 16:05

« Cela veut dire que mon cul peut rester ? Allez, tu l'as dit toi-même, ta bite et mon cul s'emboîtent à merveille. Et, ils doivent pas être beaucoup à pouvoir encaissez comme moi, avoue ? » Il se lèche les doigts et j’me demande sincèrement si ma sueur de couille à si bon goût ou si c’est juste pour me chauffer. Il me regarde droit dans les yeux et je soutiens son regard, pas du genre à baisser les yeux pour quelqu’un et surtout pas un petit merdeux dans son genre. « D’toute évidence, t’as pas envie de le sortir d’ici ton cul. Alors je suppose que ouais, tu m’laisses pas vraiment d’autres choix, petit merdeux. J’ai eu d’autres garages à bite. » J’hausse doucement les épaules, un sourire arrogant aux lèvres. S’il attendait que je lui sorte un compliment du style ‘ton cul est le meilleur que j’ai jamais fourré’ il se trompe. Il a déjà un réel problème d’égaux et lui sortir un compliment, aussi peu glorieux soit-il, aggraverait considérablement ma situation actuelle. Je tire une autre latte, lui souffle la fumée à la gueule. « Bah, écoute, il faut bien vidanger tous ces frustrés. Avec toutes ces petits putes blondes en mini-jupe qui adorent allumer les mèches, mais qui refusent qu'on vienne leurs titiller l'abricot. Moi, j'apporte que de plaisir. Je te jure. Je devrais presque être remboursé par la sécu. » Je lève les yeux aux cieux, hilare. Bah voyons. « En gros, t’es entrain de me dire que t’es un grand altruiste doublé d’une âme charitable ? Si c’est pas beau. Tiens, c’pour te dédommager. » Et j’lui tends un billet d’un dollars, le taquinant gentiment. Loin de moi l’idée de le traiter de catin, parce que bon, lucide comme je suis, je me rends bien compte que je suis pas un modèle de vertu non plus. Capote à la gueule, foutre giclant sur son visage, il se marre. C’est l’une des grandes qualités que j’apprécie chez lui. Pas coincé pour un sous et drôle. « Dans tes rêves, enfoiré ! » Il brandit son majeur devant mon visage avant de me voler ma clope et tirer dessus. De toute évidence, elles ont meilleures goûts volées. « Tu veux de l'aide pour ton dossier. Je suis plutôt doué pour les dossiers. Cela parle de quoi ? » reprenant la cigarette en grimaçant je m’avachis de tout mon long sur le canapé, lui foutant mes pieds dans la gueule avant de me rassoir en tailleur. « T’inquiète pas va, c’est super chiant, je le ferais quand tu dormiras » ça serait pas la première fois qu’il reste la nuit. T'façon, quand on en a fini, on est généralement trop épuisés pour faire quoi que ce soit. Et si c'pas le cas on repars pour un tour. J’me demande d’ailleurs si ses parents posent des questions. J’ai pas besoin d’emmerdes avec les flics. J’me fous à quatre pattes dessus et je vois sa gueule s’illuminée comme un gamin qui vient de découvrir la surprise dans un kinder. Un grognement s’échappe d’entre les lèvres du môme et j’lui mordille doucement la lèvre inférieure, le cherchant davantage. Puis son expression change du tout au tout quand je parle de Faust et je me rends compte que j’ai fait une connerie. C’est pas pour autant que je m’en veux. Et pourtant j’sais qu’il est blessé, qu’il tient réellement à son putain de dealer. Tout ça m’emmerde vaguement d’ailleurs. Il a beau prétendre se foutre de tout, j’vois bien qu’il est pas comme ça. Enfin, tout ça me regarde pas. J’suis certainement pas un gars avec qu’il il veut parler de ça et honnêtement, j’ai pas envie d’en parler non plus. C’est pas que j’me fous complètement de lui, j’ai appris à l’apprécier et il me fait marrer, je fais juste pas dans la charité. Il se déshabille donc entièrement et je lève les yeux aux cieux. ça fait rien pour calmer ma libido. Déjà qu’elle est naturellement élevée cette garce. « Pourquoi, tu me parles de Faust ? Je m'en bats les couilles de lui. C'est qu'un mec que j'essaye de tourner du côté obscure de la pine. Donc, tu peux aller chez lui et lui mettre tous les coups de queues que tu veux. » Ouais, ouais. Mon cul, prends moi pour un con, je te dirais rien. « Mais, si tu veux jouer au menace, Alex. Pas de problème. J'en ai une bonne pour toi. Tu as cinq minutes pour me rendre mon portable, ramener ta grosse et épaisse queue par ici et venir me tringler dans ta douche...Sinon, comment dire...tu sais ce qu'on fait en prison au détournement de mineur ? » Il pense réellement me tenir par les couilles. Grossière erreur. Puis je doute sincèrement qu’il le fasse réellement. Je le suis dans la salle de bain et ferme à clef, laissant nos portables sur la table dans le salon – parce que merde, on sait jamais. « Ah ouais ? Et c’est qui qui va te ramoner le conduit à sec ? De toute façon, si j’te séquestre dans ma salle de bain tu comptes faire comment, mh ? » Sale gosse. Je doute sincèrement qu’il le fasse, j’ai juste touché une corde sensible en parlant de sa bite ambulante. « Allez, à la douche Rhian. Tu pues la mort. » De nous deux, je pense que c’est plutôt moi qui pue la clope froide et la sueur. Deux jours que je suis pas sorti. Et que je ne me lave donc pas. J’me déshabille et lui claque le cul, me foutant sous le jet sans attendre le gosse. « Au fait, il s’est passé quoi pour que t’es l’feu au cul comme ça ? Tous des frustrés d’la nouille ces jeunes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mar 7 Mai - 17:32

« D’toute évidence, t’as pas envie de le sortir d’ici ton cul. Alors je suppose que ouais, tu m’laisses pas vraiment d’autres choix, petit merdeux. J’ai eu d’autres garages à bite. » Bizarrement, là, je me vexe. Les traits de mon visage se contractent un à un comme des arcs électriques dans un ciel d'orage. Ouai, j'ai un égo démesuré. Mais, surtout, alors que certains veulent devenir le prochain président des état-unis, j'espère bien devenir la meilleure suceuse de mon bahut. Même, si je suis passé à un autre stade depuis longtemps, maintenant je fais aussi les hétéros bourrés et les pères de familles frustrés. « Si tu crois que tu es la seule bite à ma disposition tu te goures aussi. Tu n'étais que le plus prêt en sortant de mon bahut. Je peux aussi plus passer, si tu me le demandes. » Je ne pense que je lui manquerais loin de là. Pour moi Alex, à toujours plus cherché la quantité que la qualité. Je continue de le regarder avec ce putain d'égo qui ne me lâche pas. Je ne tousse même pas quand il vient souffler sa fumée dans ma tronche. Je serais plutôt du genre à lui demander une taffe. J'exhale le tabac et j'en gonfle mon torse avec un petit gémissement satisfait. Mauvais point pour lui s'il veut que je lui lâche les couilles. La fumée de cigarette m'a toujours donné la trique. « En gros, t’es entrain de me dire que t’es un grand altruiste doublé d’une âme charitable ? Si c’est pas beau. Tiens, c’pour te dédommager. » Je le regarde tendre son billet de 1$ et je lui balance aussi sec en pleine tronche. « Hey ! Je suis pas une pute. Ton billet tu te le carres dans ton clapet à purin. » Ouai', je suis un paradoxe ambulant et je l'assume. Je peux vider les couilles en file indienne l'équipe de foot de mon lycée, mais jamais, NON JAMAIS, je ne prendrais un dollar. Car c'est ce que me rappelle si souvent Faust...Que je devrais me faire payer...Que finalement, je vaux pas mieux que ces vieilles putes junkies qui font le trottoir...Celles qui puent la pisse et qui ont de l’herpès jusqu'au fond de l’œil. Mais, je sais qu'Alex ne le pense pas vraiment. Bah, je me comprends quand je dis ça. Après, quelques jeux avec une capote, on se retrouve sous son canapé. Je lui vole la fraise à son bec et je lui pose des questions sur son dossier. « T’inquiète pas va, c’est super chiant, je le ferais quand tu dormiras » Je lui souris en soufflant à mon tour la fumée en sa direction. J'aime quand il parle ainsi. Et, il sait qu'on passe toujours des supers soirées. Dans mes poches, il sait que j'ai toujours quelques friandises de Faust pour se griller le cerveau. « Parce que tu crois pouvoir m'endormir si facilement, Monsieur Kheez ? » Il me connait. Je suis du genre insatiable et c'est peut-être cela qu'il aime ? Je n'aurais qu'à envoyer un sms à mon frère. Déjà, mes parents ne sont pas chez moi comme à leurs habitudes. Je pourrais crever la gueule ouverte dans une ruelle, ils s'en moqueraient complétement. Mais, bref, entendre Alex parler de Faust me met dans tout mes états. Et, ça m'énerve, car on voit que je tiens à ce putain de dealer. Je suis dans sa salle de bain à poil et je commence à le menacer. « Ah ouais ? Et c’est qui qui va te ramoner le conduit à sec ? De toute façon, si j’te séquestre dans ma salle de bain tu comptes faire comment, mh ? » J'explose de rire tout en reculant comme une invitation à qu'il se rapproche. Alex sait comment me prendre et je parle de sexe. Il a ce pouvoir à arriver à me désamorcer. « Intéressant comme programme et surtout une première... » Je me lèche les lèvres tout en le déshabillant du regard. Je déjà entrain de le monter dans mon esprit de jeune débauché en chaleur. « Tu vas me séquestrer ? Cela veut dire que je serais ton captif, hm ? Que je vais devoir me plier à tes moindres caprices ? » Je souris en sentant sa main claquer sur mes fesses. « Allez, à la douche Rhian. Tu pues la mort. » Je hausse les sourcils en pénétrant dans la cabine de douche. Je suis pas d'accord avec lui, mais je n'ajoute rien. Je le rejoins sous le jet et je prends le savon pour commencer à le laver. C'est que je peux être sympa parfois. « Au fait, il s’est passé quoi pour que t’es l’feu au cul comme ça ? Tous des frustrés d’la nouille ces jeunes. » Je commence à faire mousser son torse et je baisse les yeux. « Rien de particulier...J'ai un mec dans la peau et il a rien à foutre de ma gueule...J'ai tout essayé...Et, oui, même les trainées ont un cœur, je sais c'est surprenant... » Je fais lentement glisser le savon sur ses hanches. Le sexe bizarrement s'échappe de mes pensées. Peut-être que j'ai envie de parler ?

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mar 7 Mai - 21:08

Le petit a réellement pas l’air d’aimer ma dernière remarque. Tant mieux, ça lui fait les pieds au môme. « Si tu crois que tu es la seule bite à ma disposition tu te goures aussi. Tu n'étais que le plus prêt en sortant de mon bahut. Je peux aussi plus passer, si tu me le demandes. » J’arque un sourcil et le gratifie d’un grand sourire, satisfait de moi-même « Ton bahut est pas si prêt que ça. Je suis sûr que t’as des bites à disposition au lycée justement. Puis, tous les hommes sont au moins gay à 10%, alors des nouilles frustrées, doit y en avoir. Puis je m’ennuierais si tu venais plus te foutre entre mes pattes après les cours. » Sortez les violons, je me trouve adorable pour le coup. Qu’il apprécie ce grand moment de gentillesse, parce que s’il pense sincèrement que je vais me mettre à lui lancer des fleurs à chaque fois qu’il me fait une colère, il se trompe royalement. Je veux bien être mignon, mais ma patience à tout de même des limites. Un léger smog blanchâtre s’échappe d’entre ses lèvres alors qu’il soupire. La fumée s’élève, forme de jolies arabesques, avant de disparaître. Apparemment, ça l’excite plus qu’autre chose que je lui souffle à la gueule. Etrange gosse. J’cherche pas à comprendre. J’continue simplement de secouer le billet sous son nez et il me le renvoie dans la gueule aussi sec. De toute évidence, il est tendu le petit aujourd’hui. Ça le rend pas moins sexy, au contraire. J’aime bien son caractère de merde à ce petit. C’est rare que j’apprécie autant quelqu’un qui prenne un malin plaisir à sans cesse me contredire, me chercher. « Hey ! Je suis pas une pute. Ton billet tu te le carres dans ton clapet à purin. » Je lève les yeux aux cieux. Des insultes, encore des insultes. « Pas même la mienne ? Tu me déçois. J’pensais qu’on avait une relation privilégiée. » Je déconne bien sûr. Y a rien de privilégie à ma bite ou son cul. On dégaine le matos pour tout ce qui bouge et c’est tout. Je me demande d’ailleurs pourquoi, bon dieu de merde, cette relation dure autant de temps. Généralement, j’baise et j’me tire sans même connaitre le nom de mon partenaire. Revenons à nos fesses. « J’ai de l’ecsta au fait. Et j’vais faire en sorte que tu dormes pas énormément ce soir. » On s’tire dans la salle de bain et il se marre quand je lui dit que je compte le séquestrer. Je suis sérieusement tenté. Espérons juste que Sorcha ne revienne pas ce soir. « Intéressant comme programme et surtout une première... » J’m’approche de lui et presse son corps contre le mien, oubliant soudainement toutes mes bonnes résolutions. Il m’tient par les couilles. « Tu vas me séquestrer ? Cela veut dire que je serais ton captif, hm ? Que je vais devoir me plier à tes moindres caprices ? » Mes lèvres se plaquent contre les siennes, mes mains passant sur ses fesses rebondies, sa chute de rein. « Parce que tu te plierais à mes moindres caprices ? » On se glisse sous la douche, l’eau chaude coulant le long de nos corps, ses mains glissant sur mon torse pour me laver. C’est presque mignon d’nous voir comme ça. J’lui pose une question. Grossière erreur. Pour la première fois de la soirée, peut-être même depuis que je le connais, il baisse les yeux. Merde. Je suis sur le cul, complètement démuni. J’sais même pas ce que je suis censé faire. Le prendre dans mes bras ? Le plaquer contre le mur et le tringler dans la douche ? Lui murmurer qu’il peut compter sur moi ? Ouais, nan. Ça me semble pas réellement être une bonne idée. « Rien de particulier...J'ai un mec dans la peau et il a rien à foutre de ma gueule...J'ai tout essayé...Et, oui, même les trainées ont un cœur, je sais c'est surprenant... » Ah. Je ne demande même pas de qui il parle, je le sais pertinemment. Faust, mon dealer. Enfoiré parmis les enflures qui se fait passer pour un hétéro pur et dur et qui baise des inconnus. Un inconnu. Enfin, bien loin de moi l’envie de balancer à Rhian que j’ai vu le mec dont il est dingue baiser un type. Ça serait certainement la fin de notre relation légèrement plus qu’amicale et ça me briserait les couilles. « T’inquiète va, c’est un connard dans ce cas. Tu mérites bien mieux que ça. » Dit le plan cul qui se sert de Rhian comme d’un sex toy sur patte quand il est en manque de cul. Bien Alex, bien. Je me sens ridicule, démuni. J’aime pas cette situation. J’suis tellement mal à l’aise que j’en oublie la baise. « T’es pas une trainée. Pourquoi tu t’es mis ça en tête ? Quelqu’un t’as dit un truc ? » ça me ressemble tellement pas ce genre de réactions, mais si quelqu’un lui fait du mal, en l’occurrence Faust, je lui ferais ravaler ses dents par le cul. C’est plus une question de possessivité qu’autre chose d’ailleurs.... Je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mer 8 Mai - 15:08

« Ton bahut est pas si prêt que ça. Je suis sûr que t’as des bites à disposition au lycée justement. Puis, tous les hommes sont au moins gay à 10%, alors des nouilles frustrées, doit y en avoir. Puis je m’ennuierais si tu venais plus te foutre entre mes pattes après les cours. » Je souris, mais pas trop longtemps. Des violons entre nous ok, pas trop quand même. Il faut dire qu'on se prend tout les deux pas au sérieux. « Ok, j'avoue, j'aime bien débarquer chez toi. Au moins, tu es bien le seul à pas me prendre la tête. Et, dis-toi, qu'avec moi, je vais jamais débarquer et te balancer que tu m'as mis en cloque si une capote craque. Ça c'est un bonus. » Ouai', je l'aime bien Alex, mais n'allez pas lui dire ça. Il se sentirait plus pisser. Je me sens libre chez lui. Pas juger. Je peux être tout ce que je veux. Il sera le dernier à me juger. La fumée de sa clope me met la trique. Je demande pas qu'il comprenne. Comme je lui demande pas de comprendre ma colère alors qu'il m'agite ce billet devant mon nez comme si j'étais la dernière pute en bas de chez lui. Mon regard se fait sombre et agité comme les enfers eux mêmes. Ouai', je parle de la vieille en âge dinosaure qui campe devant son immeuble : La baleine avec son oeil de verre et sa jupe à ras la touffe, tellement qu'on voit le cordon de son tampon qui en dépasse. GROSS ! Mais, comme d'habitude avec Alex, il sait me calmer en quelques mots. « Pas même la mienne ? Tu me déçois. J’pensais qu’on avait une relation privilégiée. » Ma colère disparaît aussitôt dans un étouffement amusé. J'agite la tête comme s'il en loupait pas une. « Tu es con. Si, je commençais à te faire payer mon pauvre, tu aurais clairement pas les moyens. Vu déjà tout ce que tu m'as mis, je pourrais clairement me payer la maison, la bonne et même le clébard. » Je me passe la langue sur mes lèvres avec ce petit air de petit " enfoiré " prétentieux.Je sais que cela le fait sourire et moi aussi. « J’ai de l’ecsta au fait. Et j’vais faire en sorte que tu dormes pas énormément ce soir. » . « Je compte là-dessus et moi je te promet de ne pas la lâcher de la soirée...Cool, pour l'ecsta, tu l'as eu d'où ? » demandai-je par curiosité avant qu'on se barre dans sa salle de bain. Nos corps s'enchevêtrent sans la moindre pudeur. Je flaque ses pectoraux de rêve de mes mains. Je sens ses lèvres se coller aux miennes et les plus perverses de mes pensées reviennent à moi. « Parce que tu te plierais à mes moindres caprices ? » Je mords légèrement sa lèvre inférieure tout en passant mes mains sur ses hanches d'athénien. « Non...Tu me connais...Mais, tu peux me forcer. » Sous cette douche, je m'occupe de lui. Non, pas ce que vous pensez. Je m'occupe de le laver. Je nettoie méticuleusement son corps comme le bon petit que je peux quand on sait bien me prendre. Je nettoyais ses bras quand il m'a posé la question qui m'a mis dans tout mes états. Je suis l'ombre de moi-même quand je pense à Faust. Il m’obsède. Je peux rien faire contre ça. « T’inquiète va, c’est un connard dans ce cas. Tu mérites bien mieux que ça. » « Ouai'...C'est ce que j'essaye de me dire...Et, déjà qui voudrait d'une trainée dans mon genre ? » Je me colle à lui soudainement, oubliant aussi pour ma part la baise.« T’es pas une trainée. Pourquoi tu t’es mis ça en tête ? Quelqu’un t’as dit un truc ? » J'abandonne le savon qui glisse entre nos cuisses jointes. Je passe mes bras autour de lui et je lâche plus. Non, je suis pas entrain de tomber amoureux je vous rassure. Juste besoin un peu de tendresse, c'est tout...« Un mec que tu connais pas. Un dealer avec qui je traine et que j'ai...rien...un mec quoi...Il arrête pas de dire que je suis qu'une trainée... » Après tout, Alex c'est comme un grand frère, avec lui, j'ai l'impression de pouvoir tout dire sans qu'il est rien à me demander.

Spoiler:
 

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mer 8 Mai - 16:36

« Ok, j'avoue, j'aime bien débarquer chez toi. Au moins, tu es bien le seul à pas me prendre la tête. Et, dis-toi, qu'avec moi, je vais jamais débarquer et te balancer que tu m'as mis en cloque si une capote craque. Ça c'est un bonus. » C’est plus qu’un bonus. C’est la raison pourquoi, bon dieu de merde, je baise plus de mecs que de filles. Plus résistants, moins chiants et ils veulent pas de câlins ou de p’tit dej le lendemain matin. Le seul qui a le droit au p’tit dej, c’est Rhian parce qu’il me fait marrer ce gosse. « J’ai pas le temps de te prendre la tête. Faut que je m’occupe de ton cul et c’est déjà un boulot à temps plein. Puis faut pas croire, je suis un gentleman avec ses meufs. Je leur paye l’avortement à condition qu’elles me fassent pas chier après. » Tant de générosité, c’est affolant. « Tu es con. Si, je commençais à te faire payer mon pauvre, tu aurais clairement pas les moyens. Vu déjà tout ce que tu m'as mis, je pourrais clairement me payer la maison, la bonne et même le clébard. » Sa langue passe sur ses lèvres et j’ai subitement une folle envie de le tringler Rhian sur le canapé. Enfin, je suis tout de même capable de me contrôler et ça ferait mauvais genre de lui céder maintenant. Un jour je lui ferais ravaler son arrogance en même temps que mon foutre. Grande classe, oui. Je me relève et cherche un pochon où se battent en duel une dizaine de pilules d’ecsta, j’en prends une avant de lui balancer le pochon à la tronche. « Je compte là-dessus et moi je te promet de ne pas la lâcher de la soirée...Cool, pour l'ecsta, tu l'as eu d'où ? » Je sais pas trop si je dois lui dire. En fait, je sais même pas s’il sait que je connais Faust, qu’on était potes il y a quelques temps encore. J’hausse les épaules, gardant le silence quelques secondes de plus avant de lui répondre, d’une voix complètement neutre. « Faust. C’est un ancien pote. » Je me racle la gorge et le suit dans la salle de bain, espérant juste que l’autre enfoiré ne finisse pas au centre de cette soirée. « Non...Tu me connais...Mais, tu peux me forcer. » J’me marre doucement et lui fout du shampoing sur les cheveux, commençant à lui rendre la pareil en me disant que c’est sérieusement l’instant le plus étrange que j’ai jamais eu avec un plan cul. N’ayant jamais eu de copain ou de copines après mes 15 ans, parce que je me suis rapidement rendu compte que la tendresse, c’est pour les pds, tout cette scène me semble pas franchement naturelle. Bon tant pis. J’irais pas jusqu’à dire que c’est désagréable non plus. « mmh ? Genre t’as des tendances maso maintenant ? Style fouet, menottes en moumout rose et compagnie ? » Je frémis en sentant ses mains sur mes hanches, mes fantasmes les plus hard reprenant le dessus alors que je vire ma raison au pakistan. Il continue de s’occuper de moi et je commence à me dire qu’en fin de compte, le tringler dans la douche me ferait le plus grand bien. Puis on commence à parler du ‘mec que je ne connais pas’ ou Faust ce connard qui vient me faire chier jusque chez moi alors que je suis censé baiser. ça me donne envie de débander tout ça. Je me retrouve donc là, légèrement frustré et royalement énervé contre le dealer de faire du mal à mon plan cul. « Ouai'...C'est ce que j'essaye de me dire...Et, déjà qui voudrait d'une trainée dans mon genre ? » Il se colle contre moi et je passe mes bras autour de lui, calant mon menton sur le haut de son crâne, bien décidé à fermer ma gueule avant de sortir une connerie. Je lui demande simplement qui lui a mis cette idée, ne répondant pas à la seconde question parce que j’ai pas vraiment envie de passer pour un niais doublé d’un moue du slip. Enfin, Rhian sait très bien que je suis pas moue du slip d’ailleurs. « Un mec que tu connais pas. Un dealer avec qui je traine et que j'ai...rien...un mec quoi...Il arrête pas de dire que je suis qu'une trainée... » Que je connais pas ouais. Un détail attire pourtant ma curiosité. « Que t’as quoi ? Et t’es certain que je le connais pas ? » Inutile de me mentir. Je sais très bien que c’est Faust et cet enfoiré va m’entendre. On fait pas de mal aux gens que j’apprécie. Je caresse doucement son dos, ignorant ma folle envie de me barrer maintenant et de casser la gueule à Faust. Je prends subitement sa tête entre mes mains et pose mon front contre le siens, le regardant droit dans les yeux. « T’es pas une trainée, ok ? T’es quelqu’un d’bien et j’dis pas juste ça parce que tu me fais bander. Franchement, s’il est trop con pour se rendre compte du cul qu’il a, c’est dommage pour lui, mais c’est pas une grande perte. Puis y a des gars dans ce monde qui s’estimeront heureux de t’avoir à leurs côtés. J’sais que venant de moi, ça veut sûrement pas dire grand-chose, mais voilà. » Je l’embrasse sur le front et me racle la gorge, un sourire nerveux plaqué sur la gueule. « Puis c’était plutôt ridicule et niais comme déclaration alors j’te serais reconnaissant de pas en parler, p’tit con. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Mer 8 Mai - 19:55

J’ai pas le temps de te prendre la tête. Faut que je m’occupe de ton cul et c’est déjà un boulot à temps plein. Puis faut pas croire, je suis un gentleman avec ses meufs. Je leur paye l’avortement à condition qu’elles me fassent pas chier après. Je me marre en reprenant sa clope à son bec. C'est horrible ce qu'on dit, mais moi cela me fait rire. Et, c'est surement, pour cela qu'on s'attend aussi bien avec Alex. « Tu sais, un coup d'aiguille et c'est bon. A l'ancienne comme on dit, comme cela tu pourras garder ton fric pour t'acheter des caleçons propres. Car, vu comment, je t'ai déchiré les derniers, cela va aller vite avec moi. » Je lui offre le sourire et l’œillade qui va avec. Puis, je lui rends sa clope que je viens moi même insérer entre ses lèvres. Pour une fois que je peux insérer quelque chose. Quoi ? Je suis un pd. Une pédale. Un sale efféminé. Une tata et toutes insultes que vous voudrez. J'aime la bite et j'aime l'avoir dans le cul. So, deal with it, bitches ! Je pouffe légèrement de rire à ma propre connerie. Bref ! Je sursaute légèrement en me prenant ce ponchon dans la tronche. Il tombe à mes pieds et je me baisse pour le ramasser. Je vois qu'Alex à de quoi bien s'éclater. Je suis trop curieux et cela va me perdre. Car, quand il me répond : « Faust. C’est un ancien pote. » Je jette le ponchon sur le canapé comme s'il commençait à me bruler les doigts. « Je vois... » Je ne réponds de plus car j'ai pas envie de parler de Faust. J'en ai marre de voir son visage dés que je ferme les yeux, de sentir son odeur alors qu'il n'est pas la pièce. C'est pire qu'une obsession de gamine...Je suis amour...Je mords les dernières lettres du mot qui traverse mon esprit. Hors de question de m'avouer cela. Je le déteste...Un point c'est tout...Qu'il se prenne un bus dans le cul et qu'on en parle plus !

Ouais, maintenant on se savonne avec Alex. Étrange scénette pour le plan cul que nous sommes. Il me met du shampoing dans les cheveux et c'est plutôt sympa. C'est pas comme si on allait courir nu main dans la main sur la place et se raconter des poèmes. « mmh ? Genre t’as des tendances maso maintenant ? Style fouet, menottes en moumout rose et compagnie ? » On sait très bien tous les deux pourquoi je suis aujourd'hui chez lui. Il va troncher. Je pioncer et me casser. Point ! « Clair, après je veux que tu m'attaches, que tu me mettes une muselière et que tu m'appelles rantaplan. » Je lui rejette un peu d'eau au visage qui est venu remplir ma bouche pour souligner ma grande connerie. Moi, sérieux, un jour ? Jamais ! Mais, la conversation devient étrange...Ou plutôt moi à me coller à lui comme un morpion à ces parties génitales. Il continue de m'interroger. « Que t’as quoi ? Et t’es certain que je le connais pas ? » Je réponds rien, mais bien sûr qu'il le connait. Je sens les mains d'Alex me relever le visage et son front coller au mien. Je sais pas comment il fait, mais je me sens bien. Qu'ici, dans cette salle de bain qui sent le vieux slip mouillée, il ne m'arrivera rien. « T’es pas une trainée, ok ? T’es quelqu’un d’bien et j’dis pas juste ça parce que tu me fais bander. Franchement, s’il est trop con pour se rendre compte du cul qu’il a, c’est dommage pour lui, mais c’est pas une grande perte. Puis y a des gars dans ce monde qui s’estimeront heureux de t’avoir à leurs côtés. J’sais que venant de moi, ça veut sûrement pas dire grand-chose, mais voilà. Puis c’était plutôt ridicule et niais comme déclaration alors j’te serais reconnaissant de pas en parler, p’tit con. » Je souris car déjà on m'a jamais dit quelque chose d'aussi gentil dans ma vie. Et, c'est Alex, je sais que cela doit lui couter de me balancer tout cela. Loin de moi de gâcher ce moment. Je suis donc reconnaissant dans mes yeux. Je lui dit : Merci ! Merci ! Merci ! Je retrouve le sourire. Il a ce pouvoir sur moi. « Ma bouche est scellée...En tout cas, jusqu'à que tu l'ouvres avec ta queue. » Je me détache et je reprends mon savonnage. Un peu d'humour, pour ne pas se perdre dans un moment trop cheezy. Je m'agenouille et je commence à savonner ses pieds. Ou plutôt l'excuse pour essayer de l'exciter, mon visage frôlant ses bijoux de famille. « Et, tu as raison, tu le connais...C'est Faust...Ton ancien pote ? Qu'est ce qui sait passé entre vous ?....Tu crois que je devrais lâcher l'affaire avec lui, donc ? » Je sais pas pourquoi je lui demande tout cela alors que ma bouche - cette petite salope - s'amuse à s'approcher, puis à s'éloigner de sa queue. Style, non, non, mon mignon tu n'auras rien de moi !

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Jeu 9 Mai - 2:05

Il me pique ma clope, tire dessus et je le regarde faire, serein. « Tu sais, un coup d'aiguille et c'est bon. A l'ancienne comme on dit, comme cela tu pourras garder ton fric pour t'acheter des caleçons propres. Car, vu comment, je t'ai déchiré les derniers, cela va aller vite avec moi. » Hardcore. Un sourire mauvais s’étire sur mes lèvres tandis qu’il replace la cigarette entre mes lèvres entrouvertes. « T’inquiètes pas pour mes calbuts, j’en mets que quand tu viens, histoire que tu puisses avoir le plaisir me les arracher. » Je souris, satisfait en repensant à nos ébats sur plus ou moins chaque surface de l’appart, chaque meuble et plus particulièrement à cette nuit dans la chambre de ma coloc où on a arrachés nos vêtements comme des fauves qui ont pas bouffés depuis des semaines. A ce rythme là, on risque de détruire ou au moins dégueulasser tout l’appart. Si ce n’est pas déjà fait. D’ailleurs, Sorcha m’en veut toujours d’avoir éjaculé sur sa collection d’ours en peluches. L’ecsta me monte déjà à la tête. La pièce tangue légèrement autour de moi et m’voilà projeter au pays des merveilles. « Je vois... » On garde tous les deux le silence après ça, mais je doute bien qu’actuellement, ça doit être la guerre du Vietnam dans son esprit. J’aurais peut-être dû fermer ma gueule après tout.

« Clair, après je veux que tu m'attaches, que tu me mettes une muselière et que tu m'appelles rantaplan. » Je me marre, mes mains passant dans ses cheveux avant de glisser sur ses épaules, son torse, la chute de ses reins. Il me balance un jet d’eau à la gueule et je suis limite tenté de lui pisser dessus en guise de réponse. Ce que je fais, bien entendu. Du genre décomplexé, ouais. « Tiens p’tit con. Au lieu de dire et faire des conneries. » J’continue de le laver, pas du tout gêné par ce qui vient de se produire. J’rince mon zob juste avant qu’il ne vienne se coller à moi. Timing impeccable ouais. Puis la fameuse conversation. Je lui balance mon speech en mode vieux romantique des temps perdus, rangeant momentanément ma fierté dans une boite de capotes usagées métaphorique. Un infime sourire s’étire sur ses lèvres, mais j’lis la reconnaissance dans ses yeux. « Ma bouche est scellée...En tout cas, jusqu'à que tu l'ouvres avec ta queue. » Heureusement, il en fait pas tout un plat. Je le lâche pourtant pas tout de suite, je le garde simplement contre moi, avant de le laisser prendre des distances. Je le regarde, retenant un ricanement, hilare. Il s’agenouille. Je pige pas tout d suite. Puis j’vois ses mains frotter mes pieds et je sens son souffle chaud contre ma queue. Putain. Je me mordille la lèvre inférieure, essayant de garder contenance, de me concentrer sur les questions qu’il est entrain de me poser. « Et, tu as raison, tu le connais...C'est Faust...Ton ancien pote ? Qu'est ce qui sait passé entre vous ?....Tu crois que je devrais lâcher l'affaire avec lui, donc ? » Putain. Je ferme les yeux un instant. Ce gosse est bandant, dément. Je veux le prendre ici et maintenant, contre la paroi de la cabine. N’importe quoi. « Ce qu’il s’est passé ? Euh. » Comment lui dire que c’est à cause de lui ? Je suis bien trop fier pour ce genre de merdes et j’ai rempli mon quota de niaiseries pour l’année. Je lui répond donc pas, de toutes façon, son visage est bien trop proche de ma bite pour une discussion aussi sérieuse. « Tu devrais ouais… Et je dis pas juste ça parce que tes lèvres frôlent ma bite. Quoi que ce soit un facteur non négligeable. » Ne pas lui sauter dessus me demande un effort surhumain, alors faudra qu’il me pardonne de m’en sortir avec une blague à la con. Je me mords l’intérieur de la joue en le voyant jouer de moi. C’est bas, c’est mesquin, c’est dégueulasse ce qu’il me fait là. Frustré, la bite en feu, je me sens complètement con. Parce que jamais au grand jamais je ne le supplierais de me tailler une pipe. Puis mes répliques habituelles du style ‘suce salope’ me vaudront une couille en moins et pas une sucette. Alors voilà, je m’empare du pommeaux de la douche et l’asperge. « Arrière petit pervers !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Jeu 9 Mai - 15:45

« T’inquiètes pas pour mes calbuts, j’en mets que quand tu viens, histoire que tu puisses avoir le plaisir me les arracher. » C'est vrai qu'Alex est plutôt à trainer en tenu d'Adam toute la journée. « Bah, écoute, j'aime pas perdre mon temps. Et, c'est toujours sympa de la voir surgir un peu sauvagement. » C'est sa coloc qui doit être contente ? En même temps, moi cela me ferrait rire d'avoir Alex comme colocataire. Bon, je sais pas trop si on se marcherait pas dessus avec tous les plans cul qu'on ramènerait. Cela sentirait le sexe et le sturpre, je vous laisse deviner l'odeur très ragoutante qui recouvrirait tous nos meubles. En plus, comme on aime s'emmerder, cela deviendrait la guerre ouverte. Il pisserait dans mes tiroirs et moi je lui ferrais un petit masque au foutre à son réveil. Cela pourrait être fun, même si cela n'arrivera jamais. Pas comme ma manière de complétement me refermer dés qu'on aborde le dossier : Faust. J'ai l'impression soudainement d'être complétement transparent. Qu'il peut lire à travers moi comme dans un livre ouvert. C'est chiant ! Et, cela pue !

Par contre dans la salle de bain, alors que cela se passait si bien. Je suis sur le cul quand il commence à me pisser dessus. Je me retourne instinctivement. N'offrant plus que mon dos. « Tiens p’tit con. Au lieu de dire et faire des conneries. » Je grogne et je rigole en même temps. Quel crado ! « Enfoiré ! Je t'ai dis que je boirais uniquement ta pisse dans un verre ! » Je rigole comme un mogole, en même temps, il m'a jamais demandé. C'est plus pour déconner. Cependant, il perd rien pour attendre. J'ai beau m'agenouiller prêt à lui offrir les services de ma bouche chaude et accueillante à son zob nettoyé. J'ai bien décidé de le faire mariner. Tout en continuant de le harceler de mes questions. Alors, il connait Faust. Je veux en savoir plus, mais il semble pas vouloir éclairer ma lanterne sur le sujet de leurs disputes. « Ce qu’il s’est passé ? Euh. » Mes lèvres frôlent sa bite. J'en fais une affaire personnel. Je le regarde avec cet oeil de petite salope tout en sortant ma langue pour effleurer son zob. Je m'arrête...Je recommence. Une vraie torture, quoi... « Tu devrais ouais… Et je dis pas juste ça parce que tes lèvres frôlent ma bite. Quoi que ce soit un facteur non négligeable. » Je m’amuse à souffler sur sa queue, ouvrant ma bouche et finalement je me retire avec ce regard si fier de lui casser les couilles. « Et, en quoi, ta bite à quelque chose à voir avec Faust ?... » Je cherche pas vraiment la petite bête. Je sens juste qu'il me cache quelque chose. Mais, mon petit jeu pour lui foutre la gaule m'attire plutôt le jet de douche dans la tronche. « Arrière petit pervers !» Je me relève. Je termine de me laver car le gel douche pisse d'alex me tente pas vraiment. Je sors de la douche en premier et je lui bloque le passage. Une vengeance est une vengeance. Je prends ma bite en main et je l'asperge. Je vise surtout sa gueule. C'est le plus drôle. Avec un peu de chance il s'en prendra dans la bouche. « Tiens, cadeau ! C'est pour ton anni ! Je savais pas comment te l'emballer alors je te le donne en personne ! » J'explose de rire. Je secoue ma teub jusqu'à la dernière goutte et je m'échappe en courant. C'est que je tiens à ma vie ! Ouais, je suis entrain de foutre de l'eau dans tout son appart. Sa colloc va me tuer, mais bon il faut bien rire un peu. Et, entre moi et Alex, c'est jamais sérieux. On prend trop notre pied à déconner.

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Ven 10 Mai - 1:12

« Enfoiré ! Je t'ai dis que je boirais uniquement ta pisse dans un verre ! » Je me marre de plus belle, continuant d’asperger le gamin de ma pisse. « J’y penserais la prochaine fois. Demain au petit dej’ si tu veux. » Je sais même pas comment Rhian ou les autres peuvent me supporter. Enfin, je suppose que j’ai déjà la réponse à ça. Rhian me supporte parce que je suis un bon coup et les autres ne me supportent pas. Puis de toute façon, je sens que mon amitié avec le môme ne durera que le temps où Faust se refuse à lui. Le jour où il le sifflera, Rhian se ramènera à ses pieds en secouant la queue et cette pensée seule suffit à me rendre malade. Parce que d’une part, j’aime bien ce môme et d’autre part, je partage pas mes jouets et j’aime encore moins le faire avec Faust. Enfin, faut relativiser. Le pire serait de passer après lui… mais je suppose que je l’ai peut-être déjà fait. Ou que je le ferais dans un avenir proche. C’est pas Rhian qui va me tenir au courant de toutes manières, alors autant profiter du gamin tant que je le peux encore. Soupir. Dans tous les cas, ça m’emmerderait qu’il ne lâche pas Faust. J’ai jamais eu un plan cul comme ça et je suis certain de jamais rencontrer un autre mec comme ma diva ici présente. Rhian est une espèce unique dans son genre. Bref, je m’égare. Son souffle chaud contre mon membre me tire de mes pensées. Mes yeux se posent sur son visage. C’est insupportable. Il s’éloigne, revient à la charge, repars et ce bordel insondable ne cesse jamais. Ce gosse est un instrument de torture. Il tente de me soutirer des informations par rapport à la relation que j’entretenais avec Faust. Je ne réponds pas. Je marmonne simplement un truc par rapport à sa bouche, ma bite. Je sais pas trop ce que je dis en réalité. Ma faiblesse se situe dans mon calbut ouais. « Et, en quoi, ta bite à quelque chose à voir avec Faust ?... » Excellente question. « A l’heure actuelle, ma bite est aussi frustrée que Faust. » Je veux pas parler de lui. Forcément, je vais sortir une connerie sur le pourquoi du comment nous sommes en froid et honnêtement, je préfèrerais qu’on me coupe la bite que d’informer le gamin. Il ne pose plus de questions. Il se rince, sort, fait mine de me bloquer le passage de son corps mince – parce que ouais, si je le voulais vraiment, rien ne m’empêcherais de le virer de là puisque dame nature n’a pas été généreuse avec lui du côté des muscles. Le petit se venge et me pisse à la gueule. J’continue à le viser, me servant du pommeau de douche comme d’une arme. On doit avoir l’air ridicule sans déconner. L’un pissant sur tout ce qui bouge en dessinant des ronds de sa bite, l’autre essayant de diluer la pisse à l’eau avant qu’elle ne l’atteigne. Les grands esprits se rencontrent. « Tiens, cadeau ! C'est pour ton anni ! Je savais pas comment te l'emballer alors je te le donne en personne ! » Je réponds pas, bien trop occupé à me défendre comme je peux de cette attaque surprise. Il fini par secouer sa bite pour faire tomber la dernière gougoutte avant de se barrer en courant, foutant de l’eau partout dans la barraque. Je me rince rapidement, ignorant les dégâts, à savoir de la pisse partout sur mes affaires, ceux de Sorcha, notamment son peignoir favori. Tant pis. Ça lui apprendra à vivre avec quelqu’un dans mon genre. Je bondis à la poursuite du môme, nu comme un verre. « Si je te chope Thomson, tu vas regretter de m’avoir pissé dessus. » Ma menace est vide de sens. Enfin pas vraiment. Je saute par-dessus le canapé et le plaque au sol, essoufflé, me marrant comme un con. Je maintiens ses bras au sol, pas certain de ce que je dois faire de lui maintenant. Je lui mordille le coup, déposant une marque à cet endroit, comme pour le signaler à Faust. Mon jouet. Pas touche. Ouais, c’est devenu un combat de testicules entre moi et l’autre connard. Et certes, on sait tous les deux que je ne suis pas un réel concurrent, mais honnêtement, ça m’éclate de l’emmerder. Mon tout nouveau passe-temps si vous voulez. Enfin, Faust devient quelque peu lassant et prévisible. Ce mec n’est réellement pas drôle. Tout le temps à chialiner dès que quelqu’un casse le moindre truc, foute un peu le bordel dans ses affaires ou sa voiture… Je me demande bien ce que Rhian lui trouve. Même ma grand-mère serait actuellement plus drôle que lui. Et elle est décédée depuis un bail. Putain. J’ai des vertiges. La pièce tourne. L’ecsta commence à faire son effet, la parano s’installe et je me demande sincèrement si Faust n’a pas foutu de la merde dans ma dope pour se venger. Mes lèvres sont à quelques millimètres de celles de Rhian. « Action ou vérité ? » Putain. Je suis défoncé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Ven 10 Mai - 9:44

« J’y penserais la prochaine fois. Demain au petit dej’ si tu veux. » Je secoue la tête comme si avec lui j'étais prêt à toutes les conneries du monde, voir de l'univers. « Pas de blême ! J'attends trop ce moment avec impatience. Le petit déj' des champions. » Je sais pas si sa colloc Sorcha dégueulerait pas en nous attendant ? Bon, en même, j'ai une grande gueule tout comme Alex, mais c'est clair que je compte sur le fait qu'il est tout oublié demain matin. Mais, bon vu, ce qu'il s'est envoyé, je pense que j'aurais aucun problème là-dessus. Qui a dit que de se défoncer la gueule n'avait rien de bon ? Et, c'est pour que je l'aime bien ce mec ! Non, n'allait pas lui dire cela, il va plus dégonfler du zob. Je l'aime bien car il est si différent de Faust. Ouai', je parle encore de lui. J'arriverais jamais à me sortir de la tête...Avec Faust, j'ai l'impression de faire un pas en avant et dix secondes dix pas en arrière. Avec Alex, c'est simple, cela glisse - et c'est bien le cas de le dire - Ouais, c'est que du cul, mais du cul qui fait du bien. Et, pas uniquement au corps, il n'y a qu'à nous voir, à faire les gamins, à déconner, mais aussi à parler sérieusement. J'ai jamais eu cela avec personne et je vois pas où il y a le mal...

Bon sauf, à ma manière de lui souffler sur la queue et de lui faire comprendre que ma bouche c'est comme Gandalf et sa bite comme le Balrog : YOU SHALL NOT PASSS ! Un peu salope, sur les bords ? Vous pouvez dire salope complet. J'assume. Et, il revient sur la table. Qui ? Faust ! J'essaye de découvrir leurs liens. Il veut rien me dire ou parler par énigme. A l’heure actuelle, ma bite est aussi frustrée que Faust. » Je hausse un sourcil. « Depuis, quand il est frustré, Faust ! Il se tape toute les blondes du coin, même une copine de mon lycée, c'est pour te dire... » Mon cerveau ne veut pas comprendre. Car, mon cerveau ne veut pas voir. Il veut continuer de croire que notre dealer est cent pour cent fruits de mers et coquillages. Mais, je ne demande pas plus. C'est que j'ai une vengeance en tête. Et, voilà, comment on se retrouve chacun de notre côté, moi ma teub à la main et lui le pommeau de douche. Je détourne la tête tout en me marrant comme une otarie en plein ébat. Ouais, j'ai un rire pas du tout discret pour info. Puis, après secoué et vidé la dernière goutte, je m'enfuis ou plutôt je fais tout pour qu'il me poursuive. J'aime cela. J'attends cela. Je dérape légèrement et j’inonde le parquet. « Si je te chope Thomson, tu vas regretter de m’avoir pissé dessus. » Je passe par la cuisine et par le salon. Je saute. Je gambade. « Il n'y a aucun risque, Kheez. Toi et tout déambulateur vous m'attraperez jamais. » Il n'est pas le seul à pouvoir jouer sur notre différence d'âge. Je suis un gamin pour lui ? Lui, c'est un vieux machin ! Mais, le me plaque au sol et me mord au cou. « Hey, on avait dit pas de marque ! J'explique comment cela à ma femme et mes six mômes ? » Je lève la tête. Vindicatif pour pas deux et je lui mord le téton. Laissant ainsi pour ma part ma marque. Je vois les pupilles d'Alex se dilater. Il est grave défoncé. Moi, cela me fait rire. Je viens jouer avec ces lèvres. Dans cet état, il me donne envie que d'une chose, d'abuser de lui. « Action ou vérité ? » Je fais pénétrer ma langue entre ses lèvres qui n'étaient qu'à quelques centimètres des miennes.« Vu que tu dois rêver que je te suce et que je suis qu'un gamin casse bonbon. Je dirais " vérité". Et, avant, que tu me reposes la question, non j'ai jamais sucé un clébard et donc non je sais pas quel goût cela à ! » Je suis hilare comme si j'étais aussi défoncé que lui. Je me rends compte que je peux plus m'empêcher de sortir des conneries. Pourquoi je pense soudainement à Faust ? Ce qu'il penserait de moi s'il me voyait allonger sur ce sol avec Alex sur moi ? Pourquoi ce mec à autant d'importance pour moi ? Je le déteste...Je me déteste...

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 132
INSCRIPTION : 02/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Ven 10 Mai - 14:34

« Pas de blême ! J'attends trop ce moment avec impatience. Le petit déj' des champions. » Je lui fais pars d’un grand sourire « Parait que c’bon pour la peau… Ah, nan, ça c’est le sperme. Faudra que tu me fasses des masques plus souvent… Ou qu’on joue au jeux de la biscotte. » Ouais, j’ai un problème avec le fait de me mettre à genoux et de me prendre une éjac faciale en pleine tronche. Bien que je ne m’y oppose pas catégoriquement avec les mecs qui passent régulièrement dans mon pieu, j’évite cette situation au possible. Par contre, je préfère encore me couper une couille plutôt que faire sucette à un coup d’un soir. En gros, on couche avec moi un moment et j’deviens légèrement moins chiant. Légèrement étant le mot clef dans cette phrase.

Ce qu’il me fait là est malsain et j’me dis qu’il a bien de la chance. J’lui aurais déjà baisé la bouche s’il ne s’appelait pas Rhian. Faut dire que je ne suis pas connu pour ma tendresse et ma classe légendaire. Certes, je sais me tenir, mais faut pas jouer avec moi et encore moins avec ma queue. Pour une raison ou une autre, j’ai juste laissé Rhian prendre ses aises avec moi ainsi que dans l’appart’. Un peu comme Sorcha d’ailleurs. Deux parasites dans ma vie. Sauf que Sorch’, j’sais même plus pourquoi elle squatte ici sans rien payer ( ou presque ) étant donné que je ne la nique pas, que je ne l’ai jamais niquée et que je ne la niquerais sûrement jamais. Parce que ouais, c’est le genre de fille à ‘faire l’amour’ et je crois que de ma vie, ça ne m’est jamais arrivé. Ce genre de conneries c’est pour faire carburer les pauvres connes et les vierges effarouchées. « Depuis, quand il est frustré, Faust ! Il se tape toute les blondes du coin, même une copine de mon lycée, c'est pour te dire... » Je lève les yeux au ciel. « Tu crois sincèrement qu’il prend son pied avec des connes du genre ou les putes qu’il se paye ? Je me suis fait les mêmes salopes, tu sais. Le genre de meufs qui savent pas l’ouvrir et la fermer quand il le faut. » J’arrive pas à croire que Rhian ne se rende pas compte que son Faust chéri suce régulièrement des bites et s’entraîne certainement rageusement sur des pornos gays. Son attaque me surprend, mais j’me défends. Bataille de pisse et suivie d’une course poursuite dans le salon. « Il n'y a aucun risque, Kheez. Toi et tout déambulateur vous m'attraperez jamais. » Je le plaque presque juste après au sol, un sourire de petit merdeux satisfait de son coup aux lèvres. « Je vais te dilater le cul avec mon déambulateur, ouais. » Je le mords, inspectant la marque quelques instant avant de reposer mon regard sur sa gueule d’ange. « Hey, on avait dit pas de marque ! J'explique comment cela à ma femme et mes six mômes ? » Ses dents se referment sur mon téton et je ne ressens pas grand-chose. Anesthésié. Le monde se barre en un million d’éclat coloré et j’ai l’impression de faire de même. « T’as qu’à dire que ton père te fait des mômes pour faire fuir les connasses qui tentent de s’installer chez lui. » Un rire de sombre idiot s’échappe d’entre mes lèvres. Putain, qu’est-ce que je suis mal. Je lui pose la fameuse question, comme un pauvre gamin de 15 ans d’âge. Il m’embrasse et je réponds à son baiser avec une envie à peine contenue, prenant ses poignets dans une seule de mes mains, l’autre venant frôler son membre, l’intérieur de sa cuisse. « Vu que tu dois rêver que je te suce et que je suis qu'un gamin casse bonbon. Je dirais " vérité". Et, avant, que tu me reposes la question, non j'ai jamais sucé un clébard et donc non je sais pas quel goût cela à ! » Ah, petit ingénu. C’est quand même là qu’on se rend compte qu’il me connait mal. J’hésite même pas un instant avant de lui poser la question qui me brûle les lèvres depuis tout à l’heure. « T’as parlé de notre dealer préféré et t’as dit que tu lui avais fait un truc. Je t’ai posé la question, t’as jamais répondu. Alors, je te la pose à nouveau. Tu lui as fait quoi ? Et t’es obligé de dire la vérité. » Et je suis pas con. Je sais quand il me ment. Ma main continue de caresser son membre, mes lèvres frôlent les siennes, bien décidé à lui soutirer les informations que je veux. Puis nous savons tous les deux, que je ne vais pas me satisfaire d’un simple ‘‘j’ai pas envie d’en parler’’. Surtout quand je suis défoncé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Ven 10 Mai - 19:08

« Parait que c’bon pour la peau… Ah, nan, ça c’est le sperme. Faudra que tu me fasses des masques plus souvent… Ou qu’on joue au jeux de la biscotte. » J'ouvre grand les yeux. Grande première ou comme prendre sa connerie au premier degré rien pour lui casser les couilles. Je passe ma langue sur mes lèvres tout en ajoutant : « Mais, pas de problème. Le grand Kheez qui bouffe du sperme, cela serait une première. Je te pensais du genre allergique. Bah, pas pour donner le tien, mais aucun problème. Demain, au petit déj" moi j'aurais mon verre et toi ta biscotte. » Je viens donner un coup de langue sur ses lèvres. Il sait que je serais tout à fait capable de le faire. Bon, il faudrait que je trouve les biscottes chez lui. Et, vu, qu'il y a que sa colloc qui fait les courses, on peut dire que cela a toujours été la dèche au petit dej' chez lui. En même temps, j'ai jamais pensé que chez Alex c'était l’hôtel. Je ne suis pas de ses putes qui se pensent chez elle. Mais, bon, même s'il déconne, je serais curieux de voir Alex sucer un mec un jour. Et, pourquoi pas moi ? Quoi ? Il a une bouche sexy l'enfoiré !

« Tu crois sincèrement qu’il prend son pied avec des connes du genre ou les putes qu’il se paye ? Je me suis fait les mêmes salopes, tu sais. Le genre de meufs qui savent pas l’ouvrir et la fermer quand il le faut. » On était si bien. Je le chauffais. On riait. On avait 4 ans d'âge mental...réunis...Mais, dés qu'il commence à parler de Faust. Surtout, de cette manière, j'ai le ventre qui se contracte. Ce poids car j'aime pas ce que j'entends, comme si j'avais ce besoin de le protéger. Depuis, quand, je ne peux pas supporter qu'on dise du mal de lui ? Il est assez grand pour se défendre tout seul...Je serre les dents et je lui fais comprendre par mon regard que j'aime pas ce que j'entends. Ouai'...Un coup de dents pourrait partir tout seul...« Je sais pas ce que tu essayes de me dire à propos de Faust. Mais, soit tu balances la sauce, soit tu devrais mieux de te taire...Il est pas comme ça... » Je ravale mes dernière paroles. Je me trouve con. Je me sens obligé de me justifier. « Bah...Il a pas l'air comme ça... » Je baisse la tête. Je regarde plus que nos pieds qui se chevauchent dans la douche. Mais, heureusement, et c'est toujours comme ça avec Kheez. On se remet à déconner. Bataille d'eau et de pisse. On finit par se courir après entiérement nus comme des sales mômes. Je l'insulte sur son âge et il me plaque au sol. « Je vais te dilater le cul avec mon déambulateur, ouais. » Je viens frapper ma cuisse contre son membre avec cette envie qu'il me prenne à sec contre le sol. « Tu commences à enfin proposer des trucs intéressants, hum...» Il me mord. Je le mords.« T’as qu’à dire que ton père te fait des mômes pour faire fuir les connasses qui tentent de s’installer chez lui. » Putain ! Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Nous sommes vraiment con ! Mais, moi j'adore. Je l'embrasse et je joue de mes hanches pour attiser la bête que j'ai envie de sentir au meilleur de sa forme. Mais, au jeu de la vie, je suis loin d'être le mieux placé. Je n'aurais jamais du accepter ce jeu de vérité. Mon visage se fige quand je l'entends me demander. « T’as parlé de notre dealer préféré et t’as dit que tu lui avais fait un truc. Je t’ai posé la question, t’as jamais répondu. Alors, je te la pose à nouveau. Tu lui as fait quoi ? Et t’es obligé de dire la vérité. » Sa main m'aide pas, mais je peux pas lui dire la vérité. Je me tortille alors que sa main commence à m'exciter. « Espèce de...Je peux pas...» Je pourrais. Je suis toujours en colère après Faust. C'est con, mais je veux le protéger. J'ai pas d'autre alternative que de m'énerver pour me protéger. Je le repousse violemment. Je ramasse mes affaires au sol alors que je suis encore trempé. « Je suis désolé..Mais, je dois y aller...Un truc important à faire...Je te rappelle....» Moi, qui ne voulait pas partir et me faire défoncer. Je suis maintenant presque sur son seuil entrain d'enfiler à toute vitesse mon caleçon. Je lui laisse pas le temps de me retenir. Je suis déjà dans son escalier. C'est louche et je connais Alex. Il me lâchera pas. Il va me harceler au téléphone. Il sait qu'il y a quelque chose maintenant...mais au moins maintenant je suis déjà loin. Bye ! Bye !

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   Sam 11 Mai - 20:01

[SUJET CLOS]

_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Love Lust Faith [Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Love Lust Faith [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Lake Worth
 :: South
-