AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 je venais m'excuser (faust)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: je venais m'excuser (faust)   Mer 8 Mai - 15:42

Citation :
Bah, supprime mon numéro. Qu'est ce que tu veux que je te dise.
JE T'AI QUE SUCE ! On a pas à faire notre vie ensemble, faust. Donc, va rejoindre une de tes blondes et lâche moi.



JE VENAIS M'EXCUSER





Je me sentais tellement mal. Là, ma main ébouriffant mes cheveux dans un geste complétement angoissé. Je n'arrêtais pas de ressasser ce sms que je lui avais envoyé. Je le regrettais tellement maintenant. Je me tenais en bas de chez lui, cette crampe au ventre qui ne me lâchait plus. J'étais doué pour faire des caprices et créer des drames. Cependant, j'étais nul pour m'excuser. Je ne pourrais pas dire que j'étais de ceux qui ne s'excusait jamais. Je regrettais des choses. J'avais un cœur, même si on pouvait penser le contraire. Mais, je ne savais pas m'excuser. Que faire...que dire...J'ai toujours les mains moites et la gorge sèche dans ces moments. Alors, qu'est ce je fais en bas de chez lui, à plus de 23 heures, vous allez me demander ? Là, à tourner en rond, à faire les cent pas devant son immeuble. J’enfouis mes mains dans les poches de mon jean déchiré. Ouai', car chez nous les jeunes, c'était plutôt cool d'avoir le look d'un vieux clodo de la 79ème avenue.

Je décide à me lancer. Je pénètre dans le hall de son immeuble. Le gardien ne m'arrête pas. Il me connait maintenant. Il vient même me serrer la main. Je sais...Elle est moite...Maintenant, laisse passer avant que je change d'avis. Dans l'ascenseur, j'essaye de me concentrer sur ce que je vais lui dire. Peut-être commencer par : Je suis désolé ? Je comprends même pas comment nos échanges par sms ont pu évoluer si méchamment. Je devais passer à sa soirée. J'étais même trop content à cette idée. J'avais même pas laisser Alex me toucher. Je voulais...Je sais pas...Me réserver ? Même si c'était complétement stupide car ce qu'il avait eu ce matin là entre lui et moi n'arrivait surement plus.

L'ascenseur me délivre à son étage. Je prends cette grande inspiration et je marche jusqu'à sa porte. Je suis surpris de la voir entrouverte. Comme tout ado, moi et l'intimité cela fait deux, je me crois chez tout le monde chez moi. Je pousse donc la porte et je m'invite avec un léger « Il y a quelqu'un ? Faust ? » avec une voix de petite souris. Il faut dire vu les cries que j'entends...Je suis pas sûr qu'il m'aurait entendu. Mon cerveau ne met pas longtemps à comprendre. Les cries sont de plus en plus aiguës. Alors, cela fait ça quand le grand Fergusson fait l'amour ? Je suis impressionné et curieux. Quelqu'un de bien élevé, claquerait la porte ou se ferrait entendre....Non, désolé, c'est trop tentant...Je suis gamin branché sur du 1000 volts. J'ai trop envie de voir ce qu'il peut faire à cette fille qui crie comme si on serait entrain de la torturer. Fergusson serait du genre SM ? Il lui donne des coups de fouets ou quoi à cette pauvre petite ? Je continue de m'approcher. Je sors même mon portable de ma poche, que je branche en mode caméra. Je veux trop filmer cela. Je frôle le grand mur qui me prépare à rentrer dans sa chambre. Je surgis comme un démon, mon téléphone à la main et je hurle : « SOURIEZ ! C'est pour la postérité ! » Mauvais idée...Très mauvaise idée...



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Mer 8 Mai - 16:17

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Je venais à cette soirée que dans le but d'oublier. Oublier le matin d'hier, oublier la soirée chez moi cette nuit, oublier pas mal de chose en fait. Me changer les esprits parce que là ça commençant à sacrément devenir le fouillis dans ma tête. Besoin d'air et d'un verre, besoin de bouger et .. quoi ? Baiser ?Sans doute, ou non . Pas envie, pas vraiment. J'sais pas. Où j'sais plus trop, vu les verres d'alcool que je me suis enfilé y'a plus grand chose que je sais. Hormis que si vraiment j'avais voulus d'une fille canon ondulant sur moi, j'aurais appeler Alex beaucoup plus tôt dans la soirée. La blonde aurait pas tardé à arrivé et on aurait passé la nuit ainsi. En faite... Le truc c'est que je sais pas de quoi j'ai envie. Je sais pas pourquoi je suis tellement énervé depuis deux jours. Parce qu'il m'a sucé ? J'en sais rien, dans un sens non. C'était bien. C'était bon. Et quand il est partit je pensais sincèrement pouvoir faire comme si de rien était, oublier. Passer au dessus des choses. Continuer comme ça... C'était sans compter sur beaucoup de facteur. Trop de facteur. Et son sms de ce matin, supprimé à peine deux secondes après avoir lu se qu'il avait marqué. Envie de le frapper, de lui faire payer, de lui apprendre se que veut dire "ne pas en parler" ! Cependant n'ayant aucune envie de le voir je suis donc venu à cette soirée. J'ai bu un verre, puis deux... puis ça s'est enchainé. J'ai vendu se que j'avais à vendre, mon stock a bien diminué, et je sais qu'au moins j'aurais réussis ça dans la soirée. C'est déjà ça, non ?! Soirée nulle à se faire chier, je tourne en rond dans un appartement qui ne cesse de ce remplir, escort girl, prostitué de haut quartier, filles de riche défoncée, on y trouve de tous et rien à vraiment me faire bander. Passant sans vraiment m'en intéressé je finis au bout du couloir par me remémorer le visage dans la pièce d'à côté, sourire aux lèvres, regard défoncé mais sérieux, Baptiste dans a splendeur. Je retourne sur mes pas, le cherchant du regard. Je commençais à m'ennuyer... Sa voix derrière moi passe juste au dessus des conversations et d'une musique de fond, je me retourne. J'ouvre la bouche comprenant rapidement son regard, non j'suis pas d'humeur pas ce soir, j'ai pour but de lui dire ça mais rien à foutre faut croire vu comment il me sort de l'appartement. ce soir. Vu la tornade qui passe derrière nous plusieurs ont dans l'idée qu'on va se frapper dehors. On est pas si gentleman pour sortir quand on veut se taper dessus. Je grogne me retrouvant devant ma porche. Connard. Mais j'ai la trick, alors j'ouvre la portière et je démarre , à plus de dent cent dans les rues, on joue avec la vie et l'envie.

[...] Trace de cocaïne sniffé sur la table basse, on s'est arrêté que pour ça, qu'il se fasse une ligne, que je me prenne un verre. Juste ça avant qu'il ne vire son pantalon, que j'abandonne ma veste et ma chemise et qu'on vire sur mon lit, j'en oublie qu'il n'a même pas renfermé correctement ma porte de loft. Peu importe. Ce soir j'ai juste envie de son cul et de me vider, la tête et les couilles. C'est tout. Le reste je m'en fou carrément. Et le sms me Rhian me revient en tête alors que mes ongles griffes la peau de la seule personne capable de finalement garder un secret faut croire. [...] SOURIEZ ! C'est pour la postérité ! Me figeant subitement dans un énième coup de rein, je tourne la tête bien que la voix est clairement identifiable. Et ça coupe tout bruit de la part de Baptiste comme de la mienne alors que sur le coup le temps semble s'arrêter. Quitte à oublier la de suite je préfère me tuer.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Mer 8 Mai - 19:15




JE VENAIS M'EXCUSER




« What's the fuck... » Mes yeux détaillent leurs corps nus encastrés. Je suis les fines gouttelettes de leurs sueurs communes qui exsudent de leurs épidermes en feux. C'est que les images mettent du temps à mon monter jusqu'à mon cerveau. Je suis buggé, avec ce sourire nerveux au bord des lèvres, comme s'il allait falloir me rebooter de force. Mes yeux se mettent à fixer ce jeune homme de son âge qui devait s'en prendre sévère pour crier comme il le faisait. Il ne semble pas vouloir que cela s'arrête. Mes traits si lisses se contractent un à un comme les verrous des portes des enfers qui s'ouvriraient devant eux. Je commence à comprendre et j'aime clairement pas ce que je vois. Et, je m'en fou qu'il a sa bite au plus profond de son trou de balle. J'explose ! « Putain, et moi qui me sentais mal pour toi. Je me disais le pauvre. J'ai été trop dur dans mon sms. C'est la première fois que cela lui arrive avec un mec. Cela doit être traumatisant... » Je m'avance, abaissant mon portable et tapant du pieds vers lui. Celui, que je prends pour son petit copain. « Oui, car ton petit copain pour info je l'ai sucé et il a joui dans ma bouche. Un gamin de 17 ans. Très gentleman notre Faust. » Je range mon portable dans ma poche. Je leurs tourne le dos. Je veux plus les voir. Je quitte la pièce, mais je sais me faire entendre. Je hurle. Incontrôlable. Je m'en fou. Il m'a jamais vu en colère, Faust ! Et, bah, il va pas le regretter... « Je venais m'excuser...Mais, je vois que c'est pas la peine car tu mets ta bite dans des mecs sans problème. Comme un champion même. » Je passe prêt d'une des multiples tables qui jonchent les murs, avec ces pièces de collection qui doivent coûter une fortune. Je fais chuter un premier objet. Un bibelot en cristal pour moi. Peut-être un objet hors de prix pour lui ? La pièce explose au sol et recouvre pour un temps mes paroles hystériques. « Mais, c'était quoi alors ce cirque que tu m'as fait pendant des semaines ? C'était un jeu ? Un jeu malsain ou vous rigoliez bien de ma gueule à la fin entre toi et ton petit copain ? » Je hurle de plus en plus fort. Je me sens trahi. Je n'arrive pas à comprendre quel jeu il a joué avec moi. J'ai l'impression d'avoir été le dernier des abrutis. J'attrape cette fois un vase et je menace de le jeter au sol. « RÉPONDS !!! » Il a intérrêt à bouger ces fesses et venir me répondre sinon je fais tout détruire chez lui.



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Mer 8 Mai - 19:49

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


What's the fuck... Je reste immobile incapable de réagir. Mes muscle tendu à l’extrême par cet effort physique avortée et par la stupeur de son intrusion. Glacé par sa présence et son regard sur nous deux j'arrive même pas à réagir. Pourquoi il est là ? Qu'est-se qu'il vient foutre ici merde ? Pourquoi ce soir ?!! Pouvant pas détourner le regard du visage de Rhian, je vois peu à peu son incompréhension tourné en un sentiment bizarre qui se lit pourtant sur son visage et qui le transforme totalement. Putain, et moi qui me sentais mal pour toi. Je me disais le pauvre. J'ai été trop dur dans mon sms. C'est la première fois que cela lui arrive avec un mec. Cela doit être traumatisant... J'avale ma salive difficilement alors qu'il approche du lit, je me décolle de Baptiste, le libérant par la même occasion alors que je remonte la couverture sur mes hanches sans pour autant me redresser. Rhian écoutes calmes toi c'est... J'essaye de parler sans pour autant qu'il m'écoute. Oui, car ton petit copain pour info je l'ai sucé et il a joui dans ma bouche. Un gamin de 17 ans. Très gentleman notre Faust. Mon estomac se serrant sur le coup, j'accuse le coup sans bronché détournant le regard en le baissant sur le côté face à lui pour la première fois. Oh t'en fais pas y'a rien de privilégié à... JE tourne le regard vers Baptiste le faisant taire sur le champ alors que je vois le môme tourner les talons et sur le coup je retrouve ma mobilité alors que j'attrape mon boxer d'une main virant le préservatif que je balance sur mon compagnon de sexe avec un regard glacial. J'enfile le tissu attrapant un peignoir en simple tissu. Je venais m'excuser...Mais, je vois que c'est pas la peine car tu mets ta bite dans des mecs sans problème. Comme un champion même. Sa voix résonne dans tout le loft alors que je contourne le lit mon peignoir à la main alors que je jette les fringues de Baptiste sur le lit, lui signifiant qu'il se rhabille en vitesse. Le bruit de casse dans mon salon me fait rapidement arriver dans la pièce alors que étrangement face à cette situation je suis réellement calme. Peut-être que la torpeur de cette intrusion à bloquer toute réaction trop vive... j'en sais rien. C'était une pièce unique... c'est valait des milliers ça.. Je dis lentement d'un ton détaché en regardant le truc que j'ai acheté juste "comme ça" et entreposé là. Cependant je commence à me dire que si il se met à tout casser je sens que des choses auxquels je tiens vraiment vont y passer. Mais, c'était quoi alors ce cirque que tu m'as fait pendant des semaines ? C'était un jeu ? Un jeu malsain ou vous rigoliez bien de ma gueule à la fin entre toi et ton petit copain ? Je le vois attraper le vase et j'enfile doucement mon peignoir le lachant pas du regard. RÉPONDS !!! Il me hurle carrément dessus et je ne bronche pas... Poses ça gamin ... tu vas te blesser...
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Mer 8 Mai - 20:24




JE VENAIS M'EXCUSER




Rhian écoutes calmes toi c'est... Ça, il peut rêver ! Mon regard se fait aussi coupant qu'une lame de couteau que j'ai clairement envie de lui enfoncer dans le cœur. Au moins, il semble surprit de me voir. Je dirais même sous le choc. Alors, que son partenaire c'est plutôt le contraire. Commençant une phrase : Oh t'en fais pas y'a rien de privilégié à... Je suis à deux doigts de lui en foutre une. Heureusement, Faust le fait taire par un jeu de regards. Le poing d'un gamin de 17 piges doit pas peser très lourd, mais je peux vous jurer que j'aurais mis toutes mes forces. Simplement, pour lui retirer ce sourire, comme si son petit copain pensait que j'allais sauter dans le lit avec lui pour un petit threeshome un peu kinky. J'ai besoin clairement besoin de quitter cette pièce. L'image de leurs corps se désunissant, dans ce bruit glauque de muscles qui se relâchent, raisonnent encore dans ma tête. J'ai envie de gerber. Je me tiens la poitrine alors que la colère commence à s'insinuer sous ma peau. Elle me ronge. Elle m'attaque les viscères. J'ai besoin de passer ma colère sur quelque chose. Besoin que cela sorte sinon je vais imploser. J'éclate donc au sol un de ces pièces qui n'ont valeur pour moi. C'était une pièce unique... c'est valait des milliers ça.. Je me retourne vers lui. Au moins, il est habillé, c'est déjà mieux. Même, si je n'arrête plus de le voir entrain d'enfoncer sa queue dans le cul de son petit copain. J'entends les bruits de leur baise, les gémissements de l'autre enculé. Je m'en fou alors de briser ces précieux objets de collection. Je veux le faire parler. Qu'il me dise la vérité. Un vase à la main, je le menace. Poses ça gamin ... tu vas te blesser... Il ne bronche pas et je réalise que c'était ça. Je n'étais qu'un jeu pour lui. Ou comment occuper ses journées de dealer en manque d'amusement...Je laisse retomber le vase le long de mon corps. Mon visage est triste et tellement déçu. « Alors, c'était ça... Tu t'es dis un matin...Tiens, il a ce gamin de 17 piges...même pas un homme...qui n'est rien en somme qui tient à moi...Il me tourne autour...Il essaye de m'embrasser....de me faire comprendre qu'il me veut, mais je vais pas lui donner ce qu'il veut. Je vais lui faire croire que cela m'intéresse pas et... » J'abandonne le vase qui tombe sur son parquet. L'objet précieux ne se brise pas...Il roule lentement comme mes espérances jusqu'aux pieds de Faust. « ...Et, juste le torturer...Tu sais, j'aurais compris si tu m'avais dit que je t'intéressais pas. Je serais passé à autre chose. Je suis pas si pathétique que tu le crois. » Je le fixe, de cet oeil qui meurt d'envie de pleurer, mais je ne lui offrirais pas ce plaisir. J'ai déjà trop pleuré pour lui. Il me volera pas cela. C'est hors de question. Je quitterais cet appartement avec dignité. Je vais tout lui rependre et rien ne lui laisser.



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Mer 8 Mai - 20:44

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Son visage se décompose devant mes yeux et mon ventre se retourne d'effrois. Comprenant alors que je suis la cause de ce nouveau truc qui apparait dans ses yeux. Et je me souviens d'un seul coup des sms de Alex me menaçant de pas lui faire de mal, d'arrêter ça... Je me souviens d'hier et sa venu à l'appartement, son poing sur mon visage, et le mien sur sa gueule aussi. Et pourtant... d'un seul coup je pense sincèrement le mérité vu le regard que je croise de l'autre côté de la pièce. Alors, c'était ça... Tu t'es dis un matin...Tiens, il y'a ce gamin de 17 piges...même pas un homme...qui n'est rien en somme qui tient à moi...Il me tourne autour...Il essaye de m'embrasser....de me faire comprendre qu'il me veut, mais je vais pas lui donner ce qu'il veut. Je vais lui faire croire que cela m'intéresse pas et... Je fronce les sourcils à ses paroles comprenant pas comment peut-il ne serait-ce qu'une seconde penser ça. Il déconne c'est ça ? Il va me sortir son jeu de diva d'un seul coup ? Je donnerais cher pour qu'en effet il ne fasse que jouer un rôle. Je donnerais cher autant que ça me blesserait.... ça me blesserait comme là lui semble être blessé. Le vase tombe au sol dans un bruit lourd sans pourtant se briser et je le vois glisser et rouler au sol jusqu'à mes pieds alors que je relève lentement le regard vers Rhian. ...Et, juste le torturer...Tu sais, j'aurais compris si tu m'avais dit que je t'intéressais pas. Je serais passé à autre chose. Je suis pas si pathétique que tu le crois. qu... quoi ? Non. C'est pas un jeu, j'ai jamais dis ça... je voulais pas te donner de faux espoir, je jouais pas avec toi Rhian... Je répond ayant du mal à savoir quoi dire dans ce genre de situation... Et Baptiste débarque rhabiller alors qu'il attrape son sachet de dope sur m table basse et sa veste. Appelles moi... quand t'as besoin. Bye Rhian. Evidement qu'il a comprit de qui il s'agissait, il est pas con, et je serre les dents ayant envie qu'il disparaisse, que ça ne soit jamais arrivé. La porte claque se refermant sur nous deux... J'essaye de trouver comment arranger la situation mais là sur le coup... Cependant sa surprise me laisse clairement savoir qu'Alex ne lui avait donc absolument rien dit sur Baptiste et moi.... Ecoutes Rhian se que tu viens de voir c'est pas se que tu penses... c'est... c'est quoi ? Bonne question, même moi je ne sais pas de quoi il s'agit. Enfin si...d'un point de vu extérieur c'est si "simple"... et pourtant... non. enfin... j'en sais rien. C'est Baptiste, c'est lui qui a foutu la merde dans ma tête. Non , bon non y'en a eut avant... j'veux dire... plus jeune, se faire sucer par un mec c'était juste.. voila je buvais trop je perdais les pédales... Mais là... pourtant je suis pas homo, je veux pas. Je peux pas, même si pourtant j'en crèverais d'envie d'inverser Rhian et Baptiste... Mais non, parce que je peux pas, c'est un gosse, j'y tiens, et... il se tape tellement monde...
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 7:12




JE VENAIS M'EXCUSER




Je le fixe alors qu'il relève son regard vers moi. Ces mots à ses lèvres. Non. C'est pas un jeu, j'ai jamais dis ça... je voulais pas te donner de faux espoir, je jouais pas avec toi Rhian... Le vase à ses pieds maintenant semble s'être arrêter et pendant un instant j'ai envie de le croire. On peut le voir dans mes yeux. J'ai envie de le croire car je pensais le connaître. Que j'avais percé cette carapace et vu des choses que personne n'avait vu. Que le grand dealer au regard si froid avait des blessures qu'il tentait de dissimuler. J'étais prêt à tenter d’abaisser ses blessures. J'étais prêt à tout pour lui. Je me mords l'intérieur de la joue pour me réveiller de ce rêve que je m'interdis. Car, s'il pense qu'il va encore me manipuler, il se goure ! S'il m'a prit pour ce gamin de 17 ans avec lequel il peut jouer sans aucune conséquence, il est mal tombé. J'ouvre la bouche et vois débarqué son petit copain...Au moins, lui aussi, il est habillé. Cela me crève le cœur quand je l'observe car...Putain ! Qu'est ce qu'il est beau ! Je le vois quitter les lieux, prenant sa veste et un sachet de petites pilules du bonheur. Appelles moi... quand t'as besoin. Bye Rhian. Il fallait pas me parler dans cet état. Non, mais il croyait quoi ? Je me tourne vers lui alors qu'il est sur le point de franchir le seuil de la porte. « Non, déjà, toi, tu me parles pas. On se connait pas et je t'interdis de m'appeler par mon prénom. On a pas sucés des queues ensemble alors effectivement tu te casses et tu me laisses parler avec ton petit copain. » Je suis complétement paranoïaque et je sais que je dois avoir l'air d'un fou à hurler comme ça contre un mec que je connais même pas. Je sais même pas son prénom. Mais, bien sûr, que j'ai un doute, cela serait lui...Baptiste ? Dés que la porte claque, je reprends de plus belle. « Des faux espoirs ? Mais, tu t'écoutes ? Tu m'as vu disparaître avec toutes les queues possibles et imaginables en soirée...Tu pensais quoi ? Que pour toi cela serait différent ? Que je voudrais les fleurs ou les chocolats ? Je voulais juste que tu t’intéresses à moi...Une nuit...Cinq minutes...C'est tout ce que je t'aurais demandé... » Je pense soudainement aux paroles d'Alex. Il avait raison sur toute la ligne. Je m'en voulais tellement de pas l'avoir écouté...je pensais qu'il était juste jaloux...Car, même s'il dit le contraire, je sais que j'étais sa meilleur bouche et qu'il serait dég de me perdre. Ecoutes Rhian se que tu viens de voir c'est pas se que tu penses... c'est... Alors, que je me calmais, voilà, est-ce que ce qu'il fallait pas me dire s'il voulait me foutre à nouveau dans une rage noire. Il pensait encore pouvoir me prendre pour un con ? Mon visage fulmine. Je prends la table sur le côté entre nous et je la renverse. Avec quelle force ? Je ne sais pas...Mais, tout s'écroule dans un grand fracas. « Ne me prends pas pour un gamin débile, Faust ! Je sais très bien ce que j'ai vu. Quoi, tu veux encore me faire le speech de l'hétéro ? Ce que j'ai vu c'est clairement pas hétéro...Sauf, si tu vas me dire... » Je prends un ton ironique, presque enjoué alors que ma voix déraille complétement. « Qu'il venait chercher de la dope et toi tu sortais de la douche...ET ZBING ! Tu as glissé et tu as atterri dans son cul sans faire exprès ? » Encore une fois, je sais pas si je suis dans un état ou on peut vraiment parler avec moi...Mais, là, j'ai pas envie de l'écouter...d'écouter de nouveaux mensonges...


_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 10:32

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Non, déjà, toi, tu me parles pas. On se connait pas et je t'interdis de m'appeler par mon prénom. On a pas sucés des queues ensemble alors effectivement tu te casses et tu me laisses parler avec ton petit copain. Je ne répond rien, son agressivité et sa vulgarité m'insupporte et semble surprendre Baptiste. Hé non je ne fréquente pas que les jeunes filles qui savent bien parler, y'a même des mecs qui vienne débarquer dans mon loft et jarter les autres. Ces personnes sont rare,pour ne pas dire inexistante jusqu'à ce jour. Baptiste répond rien même si lui aussi ça le choc le mot "petit copain", i a beau être le premier à me chauffer, là quand même... mais il dit rien, il se casse me laissant seul avec cette espèce de furie qu'est Rhian. Je tourne le regard vers Rhian qui semble lin d'être calmé. Moi je suis surtout en train de me dire que tout ça part en vrille. Alex nous a surprit Baptiste et moi y'a quelques temps déjà, maintenant Rhian, et je sens que c'est surement pas lui qui gardera le secret. Ma vie semble se désagréger sous mes yeux à ces simples petits détails qui auraient dû être sans incidence. Si ça avait été une fille j'aurais pu me défendre correctement mais là... Des faux espoirs ? Mais, tu t'écoutes ? Tu m'as vu disparaître avec toutes les queues possibles et imaginables en soirée...Tu pensais quoi ? Que pour toi cela serait différent ? Que je voudrais les fleurs ou les chocolats ? Je voulais juste que tu t’intéresses à moi...Une nuit...Cinq minutes...C'est tout ce que je t'aurais demandé...
Je relève le regard lentement à ses paroles sur le coup accusant ses paroles sans broncher. Cependant mon regard se durcit lentement alors que son habitude à jouer les trainer de service était effectivement en jeu durant tout ce temps. Naturellement. Je me prend un verre de whisky sur le mini bar. Sur le coup un goût amer au fond de la gorge. Une nuit... cinq putain de minutes.... alors comme ça c'est se qu'il voit en chacun ? J'ai passé des nuits à le ramener chez lui alors qu'il était ivre et qu'il avait sucer la moitié des gens, et ça reste quand même qu'une putain de vision sexuel, un truc à avoir, sur son panneau de chasse et voila ?! Le vacarme de la table me fait légèrement sursauter alors que je fixe l'étendu des objets à terre et la table au sol, se qui me fait réellement rien n'étant pas du genre à regretter des objets tels que du mobilier. Ne me prends pas pour un gamin débile, Faust ! Je sais très bien ce que j'ai vu. Quoi, tu veux encore me faire le speech de l'hétéro ? Ce que j'ai vu c'est clairement pas hétéro...Sauf, si tu vas me dire... Qu'il venait chercher de la dope et toi tu sortais de la douche...ET ZBING ! Tu as glissé et tu as atterri dans son cul sans faire exprès ? Sa voix m'insupporte, sa vision m'insupporte et tout se qu'il dit que j'écoute à peine. Cette fois-ci c'est même pas de la gêne qu'il ait vu ça, c'est pas de la honte non. Et c'est ça qui est le pire, le fait que ce gamin malgré qu'il soit toujours a parler de sexe, qu'il se laisse coller cette image sur lui avec joie, en laissant le temps filer j'ai commencé à m'y attacher, à essayer de voir autre chose en lui, à détester ce côté trainé qu'il voulait qu'on lu donne... Alors qu'en faite... serait je le seul à m'être imaginer ça ?!! Tu as finis de casser mon appartement ? Maintenant tu peux partir.. Je répond calmement alors que je pose mon verre de whisky peu à peu mon calme s'évaporant alors que je le rejoins. Pour qui est-se que tu te prends hum ?!!! De quel droit tu débarques dans MON loft et tu me fais cette scène ?!! Tu voulais cinq minutes d'attention ? Tu les a eut l'autre matin. Bravo Rhian, tu m'as sucé t'es content ?!! Tu me fais ce genre de scène parce que je t'ai pas dis que j'ai aimé ça ? Parce que la trainé que tu te complet à vouloir être n'a pas eut ces compliments ? Va voir Keez pour ça !!!! Je répond alors que j'élève réellement la voix pour une fois sur lui. J'attrape son bras pour l'amener de force vers la porte. Tu veux baiser ? Navré moi les pseudo trainé j'en prend pas, si ça doit toucher toutes les queue de la ville j'aime le travaille bien fait et je paye pour ça. Maintenant dégages, va donc passer la nuit chez tous ces mecs qui n'attendent que ça. TIRES TOI !
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 15:17




JE VENAIS M'EXCUSER




Tu as finis de casser mon appartement ? Maintenant tu peux partir.. Cela il peut crever ! Je ne suis pas prêt à partir. Il devra appeler les flics pour me déloger. Il hors de question que je me laisse ainsi traiter. Je le vois poser son verre et s'approcher. Bizarrement, je recule, comme si je pouvais avoir peur de lui ou plutôt cette peur irascible qu'il peut me faire du mal avec un simple regard. Loin des mots. Loin de la violence. Pour qui est-se que tu te prends hum ?!!! De quel droit tu débarques dans MON loft et tu me fais cette scène ?!! Tu voulais cinq minutes d'attention ? Tu les a eut l'autre matin. Bravo Rhian, tu m'as sucé t'es content ?!! Tu me fais ce genre de scène parce que je t'ai pas dis que j'ai aimé ça ? Parce que la trainé que tu te complet à vouloir être n'a pas eut ces compliments ? Va voir Keez pour ça !!!! Pour la première fois, Faust arrive à couper le sifflet. Je suis sous le choc de ses paroles. C'est si violent. En même temps, je m'attendais à quoi ? Cela ne pourra que se finir dans le sang nous deux...Ma langue fourche et mon esprit ne sait plus quoi répondre. Je hausse les sourcils en entendant le nom de Keez. Comment il sait ? Je lui ai jamais dit ? Alors, que ma pauvre conscience qui déraille essaye de recoller les morceaux. Je sens sa poigne attraper mon bras et tenter de m'amener de force jusqu'à sa porte. Tu veux baiser ? Navré moi les pseudo trainé j'en prend pas, si ça doit toucher toutes les queue de la ville j'aime le travaille bien fait et je paye pour ça. Maintenant dégages, va donc passer la nuit chez tous ces mecs qui n'attendent que ça. TIRES TOI ! Je suis bousculé, déjà presque mis dehors. Mon cœur s'arrête à ses mots et mon sang ne fait qu'un tour. Je ne contrôle plus rien...

Je le gifle violemment. Je peux sentir mes os s’incruster pendant quelques micro-secondes dans sa joue. Je me stoppe. Je ne me comprends pas. « Je... » Je veux m'excuser forcément. Je regrette déjà mon geste. Mon cœur s'emballe. L'émotion me retourne les viscères. Maintenant, j'ai envie de hurler, pleurer et vomir en même temps. Je me calme soudainement...comme épuisé...Mon visage se crispe et le fond de mes yeux se font liquides. Je ne regarde plus que lui. Celui que je pensais qui avait une autre image de moi...qui avais compris... « C'est vraiment pour cela que tu n'as pas voulu de moi ? Je pensais que tu m'avais écouté l'autre nuit...Que tu avais compris ce que je cherchais...Mais, tu as raison, c'est moi le monstre si cela peut te faire plaisir... » Une larme se penche au coin de mon oeil droit et s'écoule lentement le long de ma joue. « C'est pas ces mecs qui viennent me voir. C'est des saints tout comme toi. Pourtant, c'est eux qui m'ont jamais donnés leurs numéros...jamais même payés un verre...ils ne sont jamais inquiétés que je sois malade ou triste...tout ce qu'il voulait c'était satisfaire leurs plaisirs...Mais, tu as raison, jetons la pierre sur la trainée. C'est si simple. Car, tout ce que je voulais moi c'est que quelqu'un me prenne dans ses bras et me dise que je n'avais plus besoin de faire cela pour l'intéresser. Que j'avais tellement de choses à offrir. Que j'étais drôle, pétillant et que je le faisais rire. » Mes larmes coulent de plus en plus fort et mon visage devient un torrent ininterrompu. « Mais, tu sais quoi ? C'est jamais arrivé. Pas une seule fois. CAR JE SUIS PAS DEVENU UNE TRAINÉE ! ON A FAIT DE MOI UNE TRAÎNÉE ! »


_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 16:55

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Je le tire près de la porte pour le voir s'en aller plus que blessé intérieurement par ses propos, sans lâcher son bras je m'apprête à ouvrir la porte lorsque sans la voir venir, je sens une cuisante douleur sur la joue. Le bruit de sa main sur mon visage et la douleur me choquant beaucoup moins que sont geste en lui même alors que stupéfait je lâche son bras. Instinctivement mon poing se ferme alors que je tourne le regard vers lui fulminant par ce geste qu'il n'aurait jamais, au grand jamais, dû faire. Je... Faisant un pas vers lui plus que menaçant, sur le coup je ne tiens même pas à me contrôler, Rhian a beau être la personne que je respecte sans doute le plus et à qui je tiens énormément, ça et ses mots de toute à l'heure ont largement fait dépasser le pot. C'est vraiment pour cela que tu n'as pas voulu de moi ? Je pensais que tu m'avais écouté l'autre nuit...Que tu avais compris ce que je cherchais...Mais, tu as raison, c'est moi le monstre si cela peut te faire plaisir... Son ton et son visage totalement tétanisé me font frissonné alors que je me contracte, non je veux pas m'apaiser. Je veux pas. Arrêtes... commences pas... Je grogne légèrement alors que je le fixe en colère sans qu'il s'arrête. J'avale ma salive difficilement en voyant ses yeux s'embuer et une larme couler alors que mon ventre se serre légèrement. C'est pas ces mecs qui viennent me voir. C'est des saints tout comme toi. Pourtant, c'est eux qui m'ont jamais donnés leurs numéros...jamais même payés un verre...ils ne sont jamais inquiétés que je suis malade ou triste...tout ce qu'il voulait c'était satisfaire leurs plaisirs...Mais, tu as raison, jetons la pierre sur la trainée. C'est si simple. Car, tout ce que je voulais moi c'est que quelqu'un me prenne dans ses bras et me dise que je n'avais plus besoin de faire cela pour l'intéresser. Que j'avais tellement de choses à offrir. Que j'étais drôle, pétillant et que je le faisais rire. Ses larmes glissant sur son visage j'ai du mal à le fixer détournant le regard alors que je le haïs. A ce moment précis oui je le déteste comme personne, parce que je m'en fous de voir les autres pleurer, ma mère s'est tellement mise de fois à me pleurer en face pour me dire que je faisais honte à leur petite bourgeoisie, alors je m'en fous, je m'attache pas pour ça. Et je le déteste d'avoir ce pouvoir de maintenant m'en vouloir à moi-même de me sentir coupable face à ses larmes. Mais, tu sais quoi ? C'est jamais arrivé. Pas une seule fois. CAR JE SUIS PAS DEVENUE UNE TRAINÉE ! ON A FAIT DE MOI UNE TRAÎNÉE ! Je finis par tourner de nouveau le regard vers lui la mâchoire crispé alors que j'ai réellement envie de le frapper. Non Rhian c'est jamais arrivé car tu te bornes à ne voir que ça. Tu te bornes à voir que les solutions de facilités ! C'est facile de les sucer, de passer pour un mec facile et tu te bornes qu'à ça ! TU détruis le reste ! Combien de fois j'ai du limite de forcer à lâcher ces mecs pour te ramener sans que tu frôles le coma éthylique ?! Combien de fois je t'ai ramené ici pour pas que ut finisses dans la rue ? Tu vaux mieux que ça... sauf que tu veux pas le voir, et tu te fous clairement de se que les autres essayes de faire. J'ai été ton amis, sincèrement tu en vois beaucoup des gens dans ce loft qui dormes sur mon canapé alors qu'ils passent leur temps à me faire chier en dehors ?! NON ! J'ai toléré ça, j'ai toléré à chaque fois tes gamineries et tes caprices de diva parce que t'es pas comme ça. Et tu fais quoi ? Tu viens me sucer et après tu me fais une pseudo crise alors que toi même tu viens de le dire .. Je le fixe en m'avançant vers lui. Tu l'as dis clairement tu voulais cinq minutes de mon attention... tu les a eus... tu es heureux d'avoir encore joué ta trainé ?! Parce qu'on dirait que tu te bornes à vouloir sérieusement me faire penser que tu n'es que ça. Qu'un pauvre mec qui n'a rien à offrir hormis son corps. Tu vaux clairement mieux, mais je ne vais pas être ton deuxième Alex. Va donc le voir pour te faire prendre, vires donc. Moi au moins j'ai assez de respect pour pas te baiser juste pour le cul ! Je finis par lui dire dans une couleur froide et blanche, alors que je finis par m'éloigner dégouté qu'il puisse de une croire que je le prenne pour une trainé, deuxièmement qu'il n'est vu en moi qu'un énième mec et pas son ami... ou plus.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 19:20




JE VENAIS M'EXCUSER




Je sens sa colère monter. Je vois son poing se contracter. Je mériterais de prendre ce coup qu'il doit me réserver. Je l'ai giflé. Je suis tellement désolé, mais je ne peux plus retourner arrière. Mon visage montre ma grand honte et mon grand désespoir. Arrêtes... commences pas... Oui, j'aimerais retenir mes larmes, mais je n'y arrive pas. Je veux pas qu'il est pitié de moi. Je vois son regard se détourner de moi. Cela m'énerve encore plus. C'est plus lui le fautif...C'est moi...Je réalise que finalement le problème vient de moi. Que malgré mes blessures et mes imperfections, j'ai causé tout ce drame. Je n'ai rien fait pour voir tout le bien qu'il m'a apporté. Mais, il suffira qu'il ouvre la bouche pour la vérité coule en moi...enfin...pour la première fois...Non Rhian c'est jamais arrivé car tu te bornes à ne voir que ça. Tu te bornes à voir que les solutions de facilités ! C'est facile de les sucer, de passer pour un mec facile et tu te bornes qu'à ça ! TU détruis le reste ! Combien de fois j'ai du limite de forcer à lâcher ces mecs pour te ramener sans que tu frôles le coma éthylique ?! Combien de fois je t'ai ramené ici pour pas que ut finisses dans la rue ? Tu vaux mieux que ça... sauf que tu veux pas le voir, et tu te fous clairement de se que les autres essayes de faire. J'ai été ton amis, sincèrement tu en vois beaucoup des gens dans ce loft qui dormes sur mon canapé alors qu'ils passent leur temps à me faire chier en dehors ?! NON ! J'ai toléré ça, j'ai toléré à chaque fois tes gamineries et tes caprices de diva parce que t'es pas comme ça. Et tu fais quoi ? Tu viens me sucer et après tu me fais une pseudo crise alors que toi même tu viens de le dire .. Il s'avance, la mâchoire crispée et moi je recule. Je n'ai plus de force dans les jambes. J'ai l'impression que je vais m'écrouler sur son palier. Chacun de ses mots résonnent en moi. Je sais qu'il a raison. Tu l'as dis clairement tu voulais cinq minutes de mon attention... tu les a eus... tu es heureux d'avoir encore joué ta trainé ?! Parce qu'on dirait que tu te bornes à vouloir sérieusement me faire penser que tu n'es que ça. Qu'un pauvre mec qui n'a rien à offrir hormis son corps. Tu vaux clairement mieux, mais je ne vais pas être ton deuxième Alex. Va donc le voir pour te faire prendre, vires donc. Moi au moins j'ai assez de respect pour pas te baiser juste pour le cul ! Je déglutis. Mes larmes maintenant s'écoulent comme le désespoir qui m'agrippe les intestins. Je sanglote tout en me tenant le ventre alors qu'il s'éloigne de moi. Dégouté...Il me transmet comme un virus ce dégout...Je baisse la tête. Je sais plus quoi faire...plus quoi dire...je suis perdu...Je fais alors la seule que mon cœur me hurle de faire...

« S'il-te-plaît, ne te détourne pas de moi... » Ma voix est comme un murmure, mais au fond de moi je sais la suite. Je sais ce que je veux lui dire. J'écrase mon égo comme il aurait écrasé sa cigarette. « Je te demande pardon... » Moi, qui n'est jamais demandé pardon à personne. « Tu as raison. C'est toujours choisi la facilité...C'était plus rassurant, moins effrayant. Puis, je t'ai rencontré. Je sais tout ce que tu as fais pour moi. Et, tu étais un vrai ami...Même, si tu as toujours été plus pour moi. Oui, j'ai été horrible avec toi...Mais, je faisais cela car je pensais que tu étais le seul qui pourrait m'aider. Tu crois que personne ne m'a jamais ramené avant toi ? Que personne n'a essayé de me changer ? J'écoutais pas, mais avec toi je le voulais vraiment... » Je me rapproche de lui et je frôle son dos. Je me colle pas à lui. Je ne le mérite pas. Il y a que ma main qui effleure ses épaules. « J'ai envie de changer, Faust. J'ai envie de changer grâce à toi. Si je t'ai sucé...c'est que j'ai douté. J'ai douté que je pouvais t'être intéressant. J'ai 17 ans...Il y a rien que je peux t'offrir. Comme tu l'as dit, je suis capricieux, chieur et un vrai gamin. Mais, s'il-te-plaît, ne me vire pas de ta vie. » Je finis par poser mon front entre ses omoplates. « J'accepterais toutes tes conditions...Laisse moi te prouver que tu m'as rendu meilleur... » Je ferme les yeux car tout était déjà peut-être fini. Mon coeur se serre dans ma poitrine. Je sais pas si j'ai à nouveau envie d'entendre sa voix. Soudainement, le silence me va parfaitement...



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 20:03

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


M'éloignant donc de lui je fais quelques pas dans le salon essayant de reprendre le court de mes pensées, savoir où j'en suis. Parce que merde tout ça est aller beaucoup trop vite. Il y a moins de quinze minutes j'étais en train de me vider la tête avec Baptiste, oubliant Rhian pour la soirée, oubliant tout ces problèmes autour. Et là je me retrouve avec un Rhian en sanglot dans mon appartement, mon loft à moitié retourné par ses gestes et un point dans l'estomac. Great. S'il-te-plaît, ne te détourne pas de moi... Je l'ntend à peine murmure ça alors que je ferme les yeux un instant, c'est facile de me demander ça. Il m'insulte clairement en me faisant passer pour le connard qui s'est joué de lui, qui l'a utilisé comme une trainée et maintenant... je devrais courber le dos, rester là pour lui. Pour quoi ?! Je te demande pardon... Tu as raison. J'ai toujours choisi la facilité...C'était plus rassurant, moins effrayant. Puis, je t'ai rencontré. Je sais tout ce que tu as fais pour moi. Et, tu étais un vrai ami...Même, si tu as toujours été plus pour moi. Oui, j'ai été horrible avec toi...Mais, je faisais cela car je pensais que tu étais le seul qui pourrait m'aider. Tu crois que personne ne m'a jamais ramené avant toi ? Que personne n'a essayé de me changer ? J'écoutais pas, mais avec toi je le voulais vraiment... Je l'écoute assez décontenancé par ses propos il faut l'avouer, je ne dis rien le coupant même pas alors que je regarde la fenêtre du salon, la ville s'étendant plus bas devant nous dans le ciel noir obscure de la nuit. Je soupire à ses propos sans le couper, ni même parler. En faite j'ai pas vraiment de réponse à fournir, et il ne semble pas non plus en avoir terminé, alors je le laisse continuer. Sa voix entre coupée de sanglots me laisse clairement comprendre qu'il pleure encore. Bordel, mais comment puis-je réellement l'avoir fait pleuré ? Ça me tu, réellement. Cette situation, lui, moi, tout ça. J'ai envie de changer, Faust. J'ai envie de changer grâce à toi. Si je t'ai sucé...c'est que j'ai douté. J'ai douté que je pouvais t'être intéressant. J'ai 17 ans...Il y a rien que je peux t'offrir. Comme tu l'as dit, je suis capricieux, chieur et un vrai gamin. Mais, s'il-te-plaît, ne me vire pas de ta vie. Si je me crispe à l'instant où il parle de l'autre matin, je sourie cependant légèrement quand il énonce ses défauts, je peux pas le contredire la dessus, je rajouterais même diva et parfois immature, mais je dis rien. Parce que l'enfoncer n'est absolument pas dans ma volonté. Et je me tend en sentant sa présence et son contact dans mon dos, son souffle passant au travers de mon peignoir alors que je reste immobile. Il laisse passer quelques secondes de silence. J'accepterais toutes tes conditions...Laisse moi te prouver que tu m'as rendu meilleur... Je ne répond rien. Mes conditions ? Quelles conditions ? Il a beau me taper sur le système, je pense guère que je pourrais vraiment le faire sortir de ma vie. Et même si je le faisais, il risquerait d'être blessé quelques jours, quelques semaines peut-être... et reviendrait ensuite avec son éternel sourie me pourrir la vie, et je retomberais dans le panneau, parce qu'il a beau être tout ses défauts, faut dire qu'il a réussit plus d'une fois à me dérider alors que j'étais d'humeur à tuer pères et mères.
Le silence s'installe et on reste comme ça un long moment, alors que je bouge absolument pas, n'ouvrant pas la bouche pour lui répondre. Je réfléchie, je repense à cette soirée, puis finalement je soupire en me retournant lentement me décollant un peu de lui pour l'attirer contre moi alors que je reste silencieux un temps encore regardant le mur derrière lui, mes bras le serrant légèrement. Rhian... si vraiment tu n'apportais rien du tout tu crois pas que tu aurais finis comme la moitié des gens que j'ai côtoyer, c'est à dire en dehors de ma vie bien plus tôt ?... T'as dix-sept ans... t'es qu'un môme, c'est normal que tu sois casse-couille au possible... si vraiment tu n'étais qu'un mec sans importance, tu crois que je continuerais d'endurer tes crises de diva bourré à quatre heure du matin , hum ?! J'essaye de lui remonter le moral, sans trop y arriver ou être doué pour ça. Y'a pas de conditions à avoir pour qu'on continue de trainer ensemble, tu le sais très bien... hormis désormais frapper à mon loft avant d'y entrer. Je répond à la derrière secondes.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 20:39




JE VENAIS M'EXCUSER




Qu'est ce que j'ai envie de me coller à lui. Je suis là, derrière lui. Je peux sentir son odeur à travers son peignoir. L'odeur de son mec aussi, mais je m'en fiche. Le plus important maintenant, c'est que je vais laisser tout cela derrière nous. Je sais pas ce qui m'a pris. Mais, j'ai pas le droit de le juger. Il couche avec des hommes. Il ne couchera pas avec moi. Et, bien très bien...Si cela me permet de rester prêt de lui. J'ai envie comme un fou de glisser mes dents le long de ses hanches et entre ses bras pour ne faire plus qu'un avec lui. C'est même pas sexuel...Simplement, son contact...Mais, j'y aurais pas droit. Il regarde par la fenêtre. Je comprends tout à fait qu'il ne veille plus me regarder. J'étais horrible avec lui et son copain...Le ciel tonne dehors. Je vois un premier éclair embrasé le ciel. Puis, la pluie vient tapoter sur les vitres. Je laisse cette accalmie calmer mes nerfs à fleurs de peau. Je ravale mes larmes. Je retrouve mon calme comme le pouvoir sur les battements de mon cœur. Je n'ai pas bougé. Je ne veux rien gâcher de ce moment. Rhian... si vraiment tu n'apportais rien du tout tu crois pas que tu aurais finis comme la moitié des gens que j'ai côtoyer, c'est à dire en dehors de ma vie bien plus tôt ?... T'as dix-sept ans... t'es qu'un môme, c'est normal que tu sois casse-couille au possible... si vraiment tu n'étais qu'un mec sans importance, tu crois que je continuerais d'endurer tes crises de diva bourré à quatre heure du matin , hum ?! Je souris en ravalant la morve qui a coulé sous mon nez. Je sais c'est très sexy...Je m'essuie nonchalamment d'un revers de manche. « Ouai', c'est ma marque de fabrique....Mais, je peux changer si tu m'aides. » Je renifle à nouveau. Y'a pas de conditions à avoir pour qu'on continue de trainer ensemble, tu le sais très bien... hormis désormais frapper à mon loft avant d'y entrer. Je recule et je lui offre ce regard, qu'il ne peut voir mais qui est franc. Un regard qui a compris. « Je le ferrais. Je te le promets. » Je glisse sur le côté. On pourrait croire que je veux lui faire face, mais je pense toujours pas en être digne..Pas avant d'essayer de montrer que je peux changer. Je me rends dans sa cuisine et j'attrape un balai. Je fais balayer ce que j'ai cassé. Je remonte la table que j'avais jeté à terre. Je n'attends pas qu'il me félicite ou rien de tout ça. « A partir de ce soir, je veux plus être considéré comme une trainée et je vais tout faire pour ne plus l'être... »



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Jeu 9 Mai - 20:58

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Je le sens sourire légèrement avant de l'entendre renifler de manière réellement très classe et très mature. Comme quoi j'ai raison, dix-sept ans et toujours un môme. Mais je dis rien, trouvant pas ça vraiment dégueulasse alors que je l'entend répondre. Ouai', c'est ma marque de fabrique....Mais, je peux changer si tu m'aides. Marque de fabrique... en effet. Gamin, tu dois changer parce que t'en a envie... pas juste "comme ça"... Bon quoi que si ok, mais je veux pas passer pour le con qui le critique sans arrêt et qui le fait douter de lui, je ne veux pas qu'il change pour coller parfaitement avec l'image que je voudrais. J'ai pas d'image. La vérité... la vérité est qu'il me plait comme il est, simplement. Bon certes s'il pouvait dégager l'autre Kheez et les autres mecs, ça serait déjà un grand poids en moins... Je le ferrais. Je te le promets. Bon déjà ça de fait, parce que j'ai horreur qu'on pénètre mon intimité, mon loft c'est mon refuge, je laisse entrer que les gens que je veux, même mes parents (qui payent pourtant le loyer grâce à l'argent de mon père) n'ont pas de double de l'appartement. Il n'est qu'à moi, et personne d'autre. Bon j'ai ma domestique certes, mais c'est pas pareil elle.
Il se détache finalement et s'éloigne donc alors que je finis par le regard partir et revenir... avec un balais. J'ai un balais chez moi ? Vraiment ? C'est pas la domestique qui l'amène avec elle? Mine alors. Je le regarde assez interloquer avant de le voir faire, je soupire venant le lui retirer des mains alors que je vais le poser contre le mini bar récupérant mon verre de whisky. Laisses tomber, la femme de ménage fera ça demain... il se fait tard, tu ... veux rester ici où je te ramène chez toi ? Je demande légèrement hésitant.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 7:06




JE VENAIS M'EXCUSER




Je vois ses mains s'approcher des miennes. J'aime ce rapprochement. J'ai l'impression de retrouver peu à peu notre lien. Cette connexion. J'aime sa façon de faire attention à moi. Je regarde le balai être déposé contre son bar. Je reste immobile devant lui, mes yeux fixant toujours mes chaussures. Cette culpabilité a du mal à partir. Heureusement, pour lui et pour moi, j'ai arrêté de pleurer comme une gamine, même si j'ai encore un peu de morve qui s'échappe de mon nez. Laisses tomber, la femme de ménage fera ça demain... il se fait tard, tu ... veux rester ici où je te ramène chez toi ? Je le regarde finalement dans les yeux. J'essuie à nouveau mon nez. Mon cœur est tremblant, mais je sais ce que je dois dire. C'est une évidence. « Aucun des deux. Je vais rentrer par mes propres moyens. Il est temps que je me prenne en main. Tu es ni mon chauffeur, ni mon esclave.. » Le ton de ma voix est calme et plutôt sereine, comme si ce soir j'avais compris une leçon que m'avais enseigné la vie. Je sais qu'il veut me faire plaisir, mais il est temps que je pense un peu à lui et que j'arrête d'être égoïste. « Je prendrais un bus. J'ai encore plein de tickets...Par contre... » Ma voix se fait plus adulte. Pas autoritaire. Loin de là, simplement plus sérieuse, comme si j'en avais assez de ces faux semblant. Si nous avons pu parler à cœur ouvert avec Faust, il faut que cela continue...« Par contre, si tu veux que je reste dormir, c'est à toi de me dire...Mais, si je dors ici, c'est dans ton lit et avec toi. » Il n'y a pas de menace derrière mes paroles. Simplement, que j'en ai marre de ce jeu. Si je dors chez lui, je ne rêverais que d'une chose c'est être dans son lit alors autant dire la vérité. Dire enfin ce que je veux, en espérant qu'il fasse de même ?



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 10:09

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Je bois donc une gorgée d'alcool attendant qu'il réponde à ma question se qui ne tarde pas à arriver. Aucun des deux. Je vais rentrer par mes propres moyens. Il est temps que je me prenne en main. Tu es ni mon chauffeur, ni mon esclave... Ok, je me voyais plus agissant comme un ami qui évite de ses taper le bus et toute les incommodité de cela mais bon... Décontenancé par sa réponse, je sais pas trop quoi répondre sur le coup alors que je me passe une main derrière la tête regardant un moment la fenêtre. Je disais pas ça pour... Il me coupe cependant dans sa ma phrase et je ne persévère pas dans mon essais le laissant parler. Je prendrais un bus. J'ai encore plein de tickets...Par contre... Ok il semble plutôt bien décidé à rentrer donc chez lui et rapidement il faut croire. Assez confus dans sa décision qui diffère totalement de d'habitude je comprend pas trop. D'habitude je fais à peine allusion à on loft qu'il demande d'y rester, parfois il le demande avant même qu'on soit dans la voiture pour que je le ramène. Évidement la sensation que ce soit surtout le fait qu'il est trouver Baptiste dans mon pieu est assez présente à mon esprit alors que je ne dis rien de cela gardant ces pensées pour moi même. Ok pas de soucis... rentres bien.. Je répond donc sans savoir quoi rajouter. Cependant son "par contre" 'interpelle, alors que je termine mon verre de whisky alors qu'il parle. Par contre, si tu veux que je reste dormir, c'est à toi de me dire...Mais, si je dors ici, c'est dans ton lit et avec toi. Son sérieux me surprend alors que je tourne le regard vers lui l'écoutant parler. Ses paroles me laissent légèrement... sur le cul pour ne pas dire autrement alors que je reste interdit un petit moment face à cela. Son assurance ne change pas vraiment, il en fait toujours des trucs dans le genre, mais aussi posé, aussi sérieux que ça... Tournant mon verre de whisky entre mes doigts je reste silencieux un moment... Oui... ça me pose pas de problème... tu peux rester.. Je répond avant de relever le regard vers lui le fixant un temps. J'aimerais que tu reste oui... enfin si ça te pose pas de problème. Je fais un effort surhumain pour le dire, n'ayant pas dans l'habitude de demander à qui que ce soit de rester avec moi. Encore plus de dormir dans mon lit. Mais bon, je ne veux pas vraiment le savoir rentrer seul la nuit, et puis... oui c'est bon j'en ai envie qu'il reste.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 16:08




JE VENAIS M'EXCUSER




Je disais pas ça pour... Je le coupe en effet dans son élan. Je suis décidé. Non, de vraiment partir. Car, il sait à quel point j'aime rester chez lui. Que son canapé est devenu comme une seconde maison. Que j'ai toujours fait plus au moins exprès de rester dormir chez lui. Simplement pour profiter de lui un peu, de son visage embrumé à son réveil. [ces grognements car j'avais mis le zouk dans sa cuisine en me faisant un simple bol de céréales. Mais, tout simplement, car je ne veux plus être ce poids pour lui. Je n'ai jamais voulu grandir car c'était la facilité pour moi...Et, bien, regarde moi Faust, car je vais changer devant toi et tu resteras le souple coupé ! Ok pas de soucis... rentres bien.. Je plonge dans ses yeux, car je veux lui délivrer cette vérité. Cette envie que je veux sentir dans son regard pour que je reste avec lui...ce soir...cette nuit. Mais, pas à n'importe quelle condition. J'attends sa réponse. Je regarde le liquide ambré dans son verre tourner et s'entrechoquer contre ces rebords. Mon cœur est pendu à ses lèvres. A ces simples mots que je veux entendre de sa bouche. Oui... ça me pose pas de problème... tu peux rester.. Je lui souris. Il n'y a aucune victoire dans mes traits. L'homme a remplacé l'enfant pour un temps. Le temps d'enfin parler sans avoir peur des conséquences. Parler vrai pour vivre vrai. J'aimerais que tu reste oui... enfin si ça te pose pas de problème. Je sens tout l'effort qu'il a puisé en lui. Je le remercie en fermant la porte derrière nous. Je la ferme doucement comme si je ne veux plus aucune violence en ces lieux. Simplement le douceur. Je retourne vers lui et j'attrape son verre vide. « Alors, allons nous coucher, si tu veux bien ? Je suis épuisé. » Je lui prends la main car j'en ai envie. Je ne pose aucune règle ou aucune sommation. Je l'attire vers sa chambre. Je dépose son verre sur le comptoir de son bar en passant. Dans la chambre, je m'approche sans aucune pudeur ou gêne dans mon regard, je le défais de son peignoir moi-même car je veux faire cela pour lui. Ensuite, je fais le tour de son lit et je commence à me dévêtir tout en lui demandant. « J'ai cours à 8 heures demain. Cela te dérange pas de mettre ton réveil à 7 heures ? » comme cela, le plus simplement du monde. Je me penche ensuite vers ses draps...ces draps où son petit copain était. Mon ventre se serre, mais je ne dis rien. Je peux encore sentir l'odeur de leurs ébats. Non ! Ce soir, j'en ai terminé d'ouvrir ma grande bouche pour rien...



_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 18:51

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Je finis par lui dire que j'aimerais bien qu'il reste. Je ne lui demande pas de rester, non faut pas exagérer... C'est déjà assez énervant de devoir reconnaître que oui je voudrais bine qu'il reste, qu'il dorme ici cette nuit, qu'il s'en aille pas. Pas après notre dispute, pas après ses larmes et ses cris. Durant quelques secondes je me sens con de lui avoir dit cela, juste quelques secondes. Puis il sourit légèrement et va fermer la porte, signe qu'il reste ici alors que je me refuse à m'avouer que ça me rassure beaucoup plus ainsi. Et puis qui me dit qu'en passant cette porte il serait pas aller ramener son cul chez Alex pour panser ses blessures ?! Alex, sujet assez sensible entre... alex et moi-même d'ailleurs. Ce merdeux crado qui semblait avoir désigné Rhian comme son toutou de compagnie, se qui m'énerve au plus haut point.
Rhian se rapproche et je le regarde sur le coup, le sentant me prend la main alors que je me retiens de soupirer ou de dire quoi que ce soit, le suivant en me faisant retirer mon verre des mains. Hé j'y tenais à mon whisky, après cette scène là j'en avais bien besoin faut dire... Mais je me tais le suivant alors jusqu'à mon espace chambre. Alors, allons nous coucher, si tu veux bien ? Je suis épuisé. Je ne répond rien hochant juste la tête alors que je me tend néanmoins quand il défait le noeud du tissu que j'ai sur le dos, ma mâchoire se crispant je ne fais pourtant absolument rien pour l'arrêter, suivant ses doigts alors que finalement je me retrouve en boxer et que je reste silencieux. Connaissant Rhian ça m'étonne lorsqu'il s'éloigne cependant contournant le lit pour se déshabiller àson tour. Mon regard l'observant un temps. J'ai cours à 8 heures demain. Cela te dérange pas de mettre ton réveil à 7 heures ? Oui... très bien.. Je répond alors que je récupère mon pantalon au sol attrapant mon téléphone pour régler l'horloge alors que je me pose sur le lit. Cependant le lit défait me rappelle d'un seul coup se qui s'est passé dedans il y a de cela moins d'une demie heure alors que sur le coup la gêne reprend le dessus. Je dois réellement me concentrer pour ne pas réagir de manière habituel et l'envoyer sur le canapé alors que cependant je me lève. Attends... je... ça te poserait un problème de choisir plutôt... le canapé ? Je demande bien que je me dirige déjà vers la porte de la pièce qu'est mon dressing alors que je prend une couette deux places de rechange attrapant aussi un bas de pyjama. Oui bon j'avoue, c'est même pas être "coincé" ou mal dans sa peau, seulement j'en sais rien.. j'aime pas dormir juste en boxer... ça me gêne avec lui. N'attendant pas sa réponse je vais au salon. Viens Posant les tissus sur un fauteuil de pousse la table et les objets au sol de côté, alors que bougeant le canapé je le déplie. Oh oui j'aurais peut-être du le prévenir durant tout ce temps qu'il pouvait s'ouvrir en lit, mais il doit le savoir non ?! Jetant la couette dessus, j'enfile mon pyjama alors que je m'allume une clope posant mon portable près du canapé alors que je m’assois dessus. Tu seras moins dépaysé si on dort au salon... Je répond comme excuse plutôt qu'un "j'ai pas envie que tu dorme où j'ai couché avec un mec y'a trente minute".
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 19:58




JE VENAIS M'EXCUSER




Oui... très bien.. Il met le réveil comme je lui ai demandé. Mais, je vois à son regard sur les draps qu'il semble gêné. En même temps, je le comprends. Je n'ai qu'à baisser les yeux pour voir les traces de leurs ébats qui tachent le tissu. Vu qu'il était toujours entrain de le prendre quand je suis arrivé...Je suppose que cela appartient à son petit copain. Cela veut dire qu'il l'a fait jouir...J'ai soudain envie de vomir. Alors, qu'il me balance : Attends... je... ça te poserait un problème de choisir plutôt... le canapé ? Je dodeline de la tête et je commence à nouveau à sourire. « Là, je dois dire que je dirais pas non...sans faire ma diva...c'est que ton copain s'est un peu trop épanché... » Je montre du doigt la cause de mon dégout alors que Faust s'occupe de nous installer dans le salon. Viens m'ordonne Faust. J'obéis. Ce soir, je serais tout mièvre et tout doux. A sa disposition, entièrement. Mais, une fois dans le salon, je dois dire que je suis plus perplexe devant le canapé en me demandant comment on va tenir à deux dans celui-ci. C'est vrai que je prends pas trop de place, mais quand même. Au moins, on sera serré l'un contre l'autre. Cette idée me plait. Je n'aurais pas à trouver une excuse. Et, il n'aura pas besoin d'en trouver. Car, j'ai toujours l'impression avec Faust qu'il lui faut une excuse pour faire des choses avec moi. Mais, quand il déplie le canapé, j'ouvre grand la bouche. « Ah, cela s'ouvre ?Si tu savais combien de fois j'ai dormi dedans sans l'ouvrir ? » Je le laisse installer la couette et je continue à me déshabiller. Je me met en caleçon et je le regarde allumer une clope. Je secoue la tête car Faust et sa clope du soir cela me fait rire. Tu seras moins dépaysé si on dort au salon... Je fais le tour du canapé et je lui subtilise sa cigarette pour en tirer quelques bouffées. Ce soir, je serais franc, que cela lui plaise ou pas. « J'ai surtout pas envie de dormir ou tu l'as fait jouir. » Je lui rends sa clope. Il n'y a pas d'attaque dans ma voix, même si cela doit le mettre mal à l'aise. « J'espère que tu comprends ? » Je me glisse dans le canapé. Je m'étire un instant. Mes mains au-dessus de ma tête, la couette coupant mon corps en deux. Mon torse bien taillé et imberbe qui s'étends. Je l'appelle du regard. « Allez, viens me rejoindre. Tu dois être épuisé. » Je pourrais lui faire un scène. Demander des infos à son sujet...Sur son petit copain...Mais, en même temps, j'ai pas envie de savoir. C'est glauque. Je suppose que s'il le cache à tout le monde. C'est qu'il l'aime...


_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 20:13

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Là, je dois dire que je dirais pas non...sans faire ma diva...c'est que ton copain s'est un peu trop épanché... Il me pointe ça du doigt. Merci c'est le genre de chose dont justement j'aurais aimé ne pas avoir à parlé, faut dire aussi que je n'avais pas remarqué. J'étais un peu trop occupé à ce moment là. En même temps notre baise de tout à l'heure semble réellement flou, effacée par l'apparition de Rhian peu après. Je ne répond donc rien à cela délaissant pour une fois ma chambre pour nous installer au salon, au moins on aura en plus une super vue sur toute la ville de nuit, bon c'était nullement le but mais bon.

Je tire donc le canapé et l'installe. Ah, cela s'ouvre ?Si tu savais combien de fois j'ai dormi dedans sans l'ouvrir ? Oui en effet je m'en doutais un peu de cela, je lui jette un regard. ?avré. Enfin tu n'es pas très épais le canapé est large même sans être déplié... Je rétorque, ayant dormit un bon nombre de fois sans le déplier quand je rentrais ivre de soirée et que même le chemin jusqu'à ma chambre me paraissait insurmontable. Je m'allume donc une cigarette reposant mon briquet sur le fauteuil alors que je tire lentement dessus, Rhian venant ensuite me la prendre sans que je dise grand chose, je le laisse faire l'observant. Regardant le bout incandescent de cette cigarette s'illuminer entre ses lèvres. Il laisse la fumée sans échapper ensuite et reprend la parole. J'ai surtout pas envie de dormir ou tu l'as fait jouir. Je baisse les yeux à ses paroles, pour une fois face à lui oui je baisse les yeux parce que oui je me sens réellement... mal ? Stupide ? Où autre ? Il me tend ma cigarette et je la reprend sans répondre à cette phrase, il n'y a rien à répondre. J'espère que tu comprends ? Je soupire légèrement. Non mais il me prend pour qui, je suis pas non plus un sans coeur. Sur le coup j'ai bien envie de lui demander si Alex ou ces autres mecs changent les draps eux! non parce que connaissant Alex et sa propreté légendaire... Oui je comprend... c'est pour ça qu'on dort ici.. Je finis par dire en tirant de nouveau sur ma cigarette le regardant se mettre au lit alors que je viens m'asseoir dans le canapé lit, prenant un cendrier que je pose sur les draps le temps de finir ma clope. Allez, viens me rejoindre. Tu dois être épuisé. Je tire sur ma clope fixant un moment la ville. Hum... gamin.... tout en l'heure quand tu es arrivé ... tu filmais, non ? ... parce que... j'aimerais que se qui s'est passé... ce soir, reste privé.. Je finis par dire alors que je tourne ensuite le regard vers lui.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 21:48




JE VENAIS M'EXCUSER




?avré. Enfin tu n'es pas très épais le canapé est large même sans être déplié... Je dois être fatigué, car je sens dans ces propos comme un reproche. Non, je ne sais pas...En même temps, c'est vrai que je suis pas trés épais...En tout cas, moins que celui qu'il culbutait il y a moins de trente minutes. A de ce que j'ai pu voir, il est bien fait que moi...bien plus sexy...bien plus viril...Tout ce que je gagnerais peut-être dans quelques années...mais pas à mes 17 ans. En même temps, cela se comprends pourquoi il couche avec lui et non avec moi. Je commence à découvrir ce soir une facette de Faust que je connaissais pas et même si cela fait mal, je suis content de la connaître. Alors, qu'on installe le canapé où nous allons dormir, je lui pose en toute transparence pourquoi je ne voulais pas dormir dans son lit. Oui je comprend... c'est pour ça qu'on dort ici.. Je peux que le félicité de cette initiative en lui rendant sa cigarette. Je fixe le plafond et lui la ville. Hum... gamin.... tout en l'heure quand tu es arrivé ... tu filmais, non ? ... parce que... j'aimerais que se qui s'est passé... ce soir, reste privé.. Je respire lentement, mon ventre se levant et se baissant. Je ne semble réagir que quelques minutes après. Je me lève et je m'échappe des draps. Je clopine jusqu'à mon jean ou se trouve mon portable car j'ai froid. Je monte sur le lit où il est posé pour finir sa clope et je m'installe à califourchon sur lui. « Pas de problème, je te rends ce que tu veux cacher si tu me fais l'amour toute la nuit... » Mes traits se font aussi froids et impassibles qu'une porte de prison. Sérieux ? Pas sérieux ? Je reste sur lui. Silencieux. J'attends bien une minute avant de...

« Si tu voyais ta tête ! » J'explose de rire et je pose mon portable sur son ventre. Je me penche jusqu'à son oreille et je lui murmure. « Ton copain et toi, vous n'avez rien à craindre. Tu peux supprimer la vidéo toi même si tu me fais pas confiance. Je garderais votre secret. Et, je demanderais rien en échange. » Je reviens sur mes dernières paroles en me mordant les lèvres. Ce bonheur et cette joie retrouvée dans ma voix. « Quoi, que je demanderais bien quelque chose mais je te rassure cela n'a rien voir avec le sexe. Un ado comme moi il faut le nourrir. Il y a ce super restau sur la neuvième. Et, c'est bientôt mon anniversaire, tu m'y emmèneras ? Rien que nous deux ? » Je n'ai pas quitté ses genoux. Je suis bien. Prêt de lui. Plaisantant avec lui. C'est tout ce que je veux...Tout ce que je désire.


_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Ven 10 Mai - 22:45

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.


Je finis par aborder le sujet de quand il est arrivé, lui demandant d'effacer cette vidéo assez... compromettante il faut se l'avouer. N'entendant pas de réponse de sa part, je finis par tourner la tête pour le voir fixer le plafond sans réponse, n'osant pas trop reprendre la parole, je laisse le temps s'écouler sachant pas trop se qu'il en est. Ne voulant pourtant pas provoquer une nouvelle dispute j'attends simplement. Puis il se lève et je le regarde partir jusqu'à son jean de manière rapide alors que sur le coup l'image me fait assez rire, intérieurement bien sur. Et je le regarde revenir vers le canapé alors qu'il saute sur le lit et que je retiens le cendrier pour ne pas qu'il se renverse sur la couverture. Le sentant glisser sur moi je tourne brusquement la tête vers lui me redressant légèrement. Pas de problème, je te rends ce que tu veux cacher si tu me fais l'amour toute la nuit... Alors là... Je le fixe sur le coup face à son visage impassible et sérieux, sachant pas quoi répondre. C'est... une blague hein ? Hein c'est une blague ?! Ca ne peut être qu'une blague n'est-se pas ?!!! Sachant pas sur quel pied danser je suis incapable de demander s'il déconne ou pas. Ma tête refusant de faire cala alors qu'intérieurement elle songe déjà à " ça serait si mal de dire oui ?" . Le silence est total alors que je suis incapable donc de répondre et qu'il ne semble pas disposer à dégelé le malaise qui s'installe totalement en moi.

Si tu voyais ta tête ! Il éclate de rire et là sur le coup, j'ai aussi du mal à tout suivre. Ma respiration sur le coup s'étant coupé à sa première condition, je reprend ma respiration essayant de retrouver mes esprits alors que je le maudis intérieurement. Il pose alors le téléphone sur mon ventre et j'observe l'objet un temps avant de relever le regard vers lui quand il reprend la parole. Ton copain et toi, vous n'avez rien à craindre. Tu peux supprimer la vidéo toi même si tu me fais pas confiance. Je garderais votre secret. Et, je demanderais rien en échange. Je frissonne légèrement quand il glisse ça juste contre moi, sentant son souffle à mon oreille alors que je fixe un point derrière son épaule ayant du mal à me concentrer sur ses paroles. Je te fais confiance c'est pas ça le problème... Je répond doucement alors que pourtant il reprend encore la parole. Quoi, que je demanderais bien quelque chose mais je te rassure cela n'a rien voir avec le sexe. Un ado comme moi il faut le nourrir. Il y a ce super restau sur la neuvième. Et, c'est bientôt mon anniversaire, tu m'y emmèneras ? Rien que nous deux ? Et bien, finalement il perd pas le nord le gamin Thomson. Je reste silencieux un moment avant de prendre son téléphone, allant dans sa galerie vidéo alors que je cherche la vidéo, m'arrêtant ensuite avant de reprendre la parole relevant le regard vers lui. Hum... donc si j'ai bien compris.. tu me laisse le choix entre le sexe... ou un rencard ? ... donc, tu enlèves tout spontanéité à ces deux choses en les demandant comme... remboursement contre ce service ?.. Se qui fait que si je t'invite à ce restaurant pour ton anniversaire... ça ne sera plus de ma propre envie de t'offrir ça comme cadeau... mais par obligation ? Je reprend avec un sourire, étant très doué pour rendre compliquée les choses alors que je le regarde avec un sourire. Alors que j'essaye de faire comme lui et laisser tomber le début de soirée pour essayer de revenir sur une ambiance un peu plus cool. J'ai le droit d'y réfléchir ? Je demande alors que d'un coup de bassin je le fais basculer très aisément sur le côté m'appuyant sur une main en étant passer au dessus de lui pour déposer le cendrier sur la table se trouvant de son côté du canapé alors que j'y écrase ma cigarette avec un sourire. Prenant intérieurement sur moi pour entrer dans son jeu alors que je finis par reprendre ma place récupérant son téléphone.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Sam 11 Mai - 8:17




JE VENAIS M'EXCUSER




Je te fais confiance c'est pas ça le problème... Je ronronne intérieurement comme un petit chat très content d'entendre ces paroles. Je ne dis rien, mais cela me fait plaisir de savoir que Faust me fait confiance. Je pourrais garder son secret, je le sais. J'ai bien réussi à rien dire à Alex quand il a commencé à me poser des questions sur moi et Faust. Et, j'ai loupé une bonne baise sur le sol de l'appartement d'Alex pour lui. En même temps, je sais qu'Alex ne lâchera pas l'affaire...Au pire, je peux essayer de l'éviter pendant un temps. Je sais pas...Je dois dire que j'ai des choses bien plus intéressantes à penser pour l'instant. Moi sur Faust pour commencer. Ma main qui effleure son ventre en déposant mon portable pour continuer. Et, moi accrochez à son regard pour terminer. Je suis pendu à ses lèvres en attendant sa réponse à ma proposition de m'emmener au restaurant. Hum... donc si j'ai bien compris.. tu me laisse le choix entre le sexe... ou un rencard ? ... Il me coupe le souffle sur le coup et me laisse la bouche ouverte comme un idiot. Le sourire jusqu'aux oreilles comme il est le seul à pouvoir le faire. Donc, tu enlèves tout spontanéité à ces deux choses en les demandant comme... remboursement contre ce service ?.. Se qui fait que si je t'invite à ce restaurant pour ton anniversaire... ça ne sera plus de ma propre envie de t'offrir ça comme cadeau... mais par obligation ? Nous nous sourions et j'aime l'ambiance qui plane à nouveau entre nous. Cette complicité. Mes mains sont tombées sur ses hanches, l'air de rien, plus pour me soutenir alors que je le regarde faire défiler la galerie vidéo de mon portable. « J’enlève toute la spontanéité, ah bon ? Mon capitaine m'en voit désolé. » Je l'ai offre une légère révérence tout en souriant. « Moi, tout ce que je voulais, c'était te glisser que c'était bientôt mon anniversaire. Mais voilà, ce qu'on va faire...Je te laisse carte blanche pour ce...service... » Je remonte mes mains sur son torse et les pose sur ses épaules. Je m'approche tout en gardant bonne distance de sa cigarette. « Surprends-moi ! »

Ce qui ne vient pas à tarder, vu qu'il me fait basculer sur le côté par un coup de bassin.J'ai le droit d'y réfléchir ? Je m'allonge de tout mon long à côté de lui sur les draps. Ma main soutenant ma tête. « Bien sûr, je n'aimerais pas vous stresser mon capitaine. » Je le regarde avec mon téléphone en main.Et, je termine par me mordre l'intérieur de la joue. Je ne sais pas pourquoi mais je commence à penser à tout ces sms échangés avec Alex...qui parlent forcément de cul....des phrases crues ou je lui demande de me la mettre profond...J'espère que Faust tombera pas dessus....Comme cette vidéo qu'Alex avait fait avec mon portable alors que j'étais entrain de le sucer...Moi, si lascive et presque chienne...Je croise les doigts.


_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 242
INSCRIPTION : 03/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Sam 11 Mai - 13:12

don't make me sad,
don't make me cry
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.



On parle de son anniversaire et sa demande me fait assez rire, alors que sincèrement je n'y avais pas pensé mais alors pas du tout. Quoi c'est dans une semaine et demie j'ai encore le temps de voir après tout. Non pas que j'allais oublier. C'est pas comme si j'avais beaucoup d'amis proche à qui me rappeler les dates d'anniversaire. Il éclate de rire àmes propos et je l'écoute parler. J’enlève toute la spontanéité, ah bon ? Mon capitaine m'en voit désolé. Moi, tout ce que je voulais, c'était te glisser que c'était bientôt mon anniversaire. Mais voilà, ce qu'on va faire...Je te laisse carte blanche pour ce...service... Je sourie en l'observant ses paroles me faisant lever les yeux au ciel. Un vrai dia ce gamin, un vrai enfant, à rappeler que c'est son anniversaire pour ne pas oublier. Surprends-moi ! Hum, facile à dire, je suis pas du genre à surprendre les gens étant donné que je suis pas du genre à faire quoi que ce soit pour quelqu'un. Enfin si plus d'une fois j'ai surprit genre Alex, en l'entrainant dans des magasins alors qu'on finit à coucher ensemble je ne sais où. Mais c'est différent, c'est du sexe. Tu verras bien.

Je le remet donc à sa place sur le lit alors que j'éteins ma cigarette passant un instant au dessus de lui alors que je reviens ensuite à ma place prenant son téléphone. Bien sûr, je n'aimerais pas vous stresser mon capitaine. Je sourie en l'observant, qu'il est trop gentil ce petit. J'y réfléchirais plus tard, demain ou après-demain comme je l'ai dis, j'ai encore du temps après tout. Et puis les meilleures surprise sont celles improvisé, de plus... c'est pas comme si j'avais besoin de réservé dans un grand restaurant mille an à l'avance, mon nom de famille suffit à vite me faire servir. Je hoche juste la tête me rallongeant à moitié alors que je reste appuyer contre le dossier du canapé attrapant de nouveau son téléphone en descendant dans les vidéos. Tu devrais songer à les nommer tes tucs... ça n'aide pas à s'y retrouver sinon. Je réplique en en ouvrant une tournant le regard vers lui avec un sourire alors que je regarde de nouveau l'écran, perdant alors le sourire que j'avais aux lèvres. Fixant l'écran mes muscles se contractent légèrement alors que pourtant je ne fais même pas le geste d'arrêter l'image ni le son, fixant sans pourtant vouloir voir se qui est entrain de se passer. Le léger rire et bruit de la personne qui film ne m'étant tellement pas inconnu pour avoir été ami avec lui bien longtemps avant ces derniers mois.
made by pandora.




_________________
⊹ rappelles-toi, juste une fois, l'avenir des souvenirs.
Quand je me suis senti tombé ce soir j’ai eu peur. J’étais même terrifié. C’est à toi que je pensais. À ce moment-là, je me suis juré que si je réussissais à me relever, je viendrais te voir, et je te dirais que j’ai besoin de toi, et que je veux être avec toi, et que rien d’autre n’a d’importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




MESSAGES : 258
INSCRIPTION : 01/05/2013


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   Sam 11 Mai - 15:48




JE VENAIS M'EXCUSER




Tu verras bien. J'ai hâte. Je redeviens un peu le gamin insupportable que je suis, mais bon. Est-ce que c'est vraiment mal d'aimer qu'on s'occupe de soi ? De laisser surprendre ? J'ai toujours aimé cela depuis que je suis tout petit. On me dit capricieux. Je le suis, mais tout simplement car j'ai ce besoin ou plutôt ce manque d'amour qu'il faut qu'on remplisse. Maintenant, Faust pourrait m'offrir une simple carte pour mon anniversaire cela me ferrait plaisir. On me pense vénal, mais les petites comme les grandes attentions me font plaisir.

Je suis bien à côté de lui maintenant. C'est idiot ce qui se passe dans ma tête, mais là prêt de lui à discuter alors qu'il termine sa clope. C'est comme si nous étions ensemble ou en tout cas qu'on avait une relation...bien plus que l'amitié. Je me vois soudainement bien être là prêt de lui tout les soirs, avoir ce besoin de sa présence pour m'endormir. Tu devrais songer à les nommer tes tucs... ça n'aide pas à s'y retrouver sinon. Je le regarde feuilleter mon portable pour supprimer cette vidéo qui l'incrimine lui et son petit copain. Il peut ! J'aurais clairement pas envie de revoir cela tout seul...Ma main sous ma tête, je le fixe tout en me mordant les lèvres. Il y a pleins de vilaines choses qui me passent en tête, comme à mon habitude quand je suis avec Faust. Avec lui, j'ai envie de tendresse comme le sexe le plus torride.« Il faut surtout que je supprime pleins de vidéos...Si mes parents tombaient dessus ! » Et, en parlant de cela, une vidéo se lance sur mon portable. La voix d'Alex se fait entendre :

« Allez, redis le moi, où tu veux que je te le mette ? » L'image de mon moi passé sourit à la caméra et ce corps s'offre à lui. « Espèce d'idiot, Kheez. Tu sais très bien où ! » Sur le lit, prêt de Faust, je me mords les lèvres. J'ai honte...C'est bizarre comme sentiment car j'ai toujours assumé ce que j'étais. Mais, là, j'ai cette boule dans l'estomac. « Si tu savais petite bite comme je vais te faire oublier ton Faust. Je vais te piner et te donner une bonne raison de chialer, et pas pour sa sale gueule de frustré. » Là, c'est trop, je lui retire le téléphone des mains. Mes doigts tapotent nerveusement, mais je n'arrive pas à quitter cette vidéo. Mes gémissements de plaisir se font entendre et résonnent dans le salon maintenant. Je finis par éteindre complétement mon portable c'est mieux.

Je cherche le regard de Faust. Si, j'avais voulu le venger pour ce que j'ai vu...Voilà, c'est fait...Mais, je me sens pas fier de moi. Mais, j'ai ces besoins.....« Tu n'aurais pas du voir cela...Je suis désolé... » Je ne me détourne pas. Je comprendrais qu'il s'énerve. Je lui offre cette possibilité. Si c'est cela ma punition, mais je m'excuserais pas pour ce qu'il a vu. Car, c'est ce que je suis dans l'intimité. J'aime qu'on me traite comme ça, c'est cela qui me fait jouir...et c'est pas une question de trainée ou non.


_________________


    ⊹ I can be a good boy.
    You might mistake me for heart breaker 'Cause there's blood on the floor. I'm hoping you will see, there's something good in me never seen before. I know you're shaking me. My heart is there for keeps, there's an open door. I know I can be a good boy but I've been bad before.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: je venais m'excuser (faust)   

Revenir en haut Aller en bas
 

je venais m'excuser (faust)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Décider à s''excuser (pv maxime)
» [PV] Cherche quelqu'un pour s'excuser [PV]
» Fiche Technique de Faust
» Road trip to Cait Shelter [Pv Alice Faust]
» Thomas Faust

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Lake Worth
 :: North :: sunset ridge
-